Que visiter à Lyon ?

L’essentiel de ce qu’il faut visiter à Lyon vous est résumé dans cette page, avec des renvois vers nos parcours gratuits et nos visites guidées.

L’ensemble de notre site web Lyon visite est une réponse à cette question : Que visiter à Lyon ? Nous allons essayer d’y répondre ici en une seule page. En commençant par les visites incontournables.

Nota : si vous souhaitez une visite guidée avec nos guides-conférenciers Pierre ou Alexandre, consultez notre catalogue de visites guidées incontournables de Lyon.

On part maintenant à la découverte de ce qu’il faut voir à Lyon :

Vieux Lyon

Le quartier historique sans conteste le plus marquant de Lyon, classé « Patrimoine historique de l’humanité » par l’Unesco, ses traboules, son quartier Renaissance, la cathédrale Saint-Jean.

Voir notre parcours gratuit Vieux Lyon, traboules et cours Renaissance

Plusieurs musées à visiter dans ce quartier du Vieux Lyon :

  • Musée Miniature et Cinéma : il regroupe une collection d’une centaine de scènes miniatures par de grands artistes et une collection de 400 objets  utilisés pour créer des effets spéciaux au cinéma.
  • Musée Gadagne : dans un hôtel Renaissance incroyablement restauré et de toute beauté ayant appartenu aux deux frères banquiers italiens Gadagne a été aménagé un double musée, l’un est un musée sur l’histoire de Lyon, l’autre est un musée des arts de la marionnette.

Fourvière

Basilique de Fourvière et théâtres romains : La colline de Fourvière offre un point de vue exceptionnel sur Lyon et tout l’est, jusqu’aux Alpes. Ce n’est pas un hasard si les romains se sont installés ici et y ont créé en 43 av. J.-C. la cité de Lugdunum. Sur cette colline, vous devez d’abord visiter la Basilique de Fourvière et sa crypte et déambuler autour pour découvrir ces deux exceptionnels points de vue. Puis ensuite rendre visite aux théâtres romains. Le Parc des hauteurs offre de beaux points de vue peu courants sur la Saône et Lyon et propose un parcours accro-branches pour les enfants.

Voir notre parcours gratuit Fourvière

Saint-Georges terrassant le dragon, une des statues emblématiques de Lyon qui couronne la basilique (photo Lyon Visite)

Cimetière de Loyasse : Vous pouvez aussi si vous avez plus de temps visiter le Père Lachaise lyonnais : le cimetière de Loyasse. Il passionnera les amateurs d’ésotérisme et de symbolisme. Il abrite une tombe particulière visitée, celle du mage Maître Philippe de Lyon.

Voir notre parcours gratuit Cimetière de Loyasse par le parc des hauteurs

Musée à visiter dans ce quartier de Fourvière :

  • Musée gallo-romain : Il est accolé aux théâtres romains. Il recueille les pièces découvertes au cours des fouilles préventives des grands chantiers de la ville portant sur l’histoire de  la cité gallo-romaine. Les salles sont enterrées à flanc de colline et offrent une ambiance vraiment historique.

Croix-Rousse

L’autre colline de Lyon, l’ancienne colline ouvrière des canuts, les ouvriers de la soie, parcourue de haut en bas de traboules. Aujourd’hui, la colline de Croix-Rousse concentre sur ses murs un foisonnement de créations de street-art par des artistes de rue. Elle abrite aussi plusieurs murs peints à voir absolument, dont les fameux Mur peint des Canuts et le Mur peint des Lyonnais célèbres, tout en bas des pentes de la Croix-Rousse.

Les vues en montant ou descendant les pentes sont saisissantes de beauté.

Voir nos différents parcours gratuits :

Confluence

Nouveau quartier de Lyon dont l’aménagement est encore en cours. Nous vous conseillons de voir le Musée des Confluences, de vous promener autour de la darse qui permet aux bateaux d’entrer au coeur de la presqu’île et de longer les berges de Saône qui concentrent des créations architecturales ultra-modernes des plus grands architectes contemporains.

Voir notre parcours gratuit Confluence

Musée à visiter dans ce quartier de Confluence :

  • Musée des Confluences : Sa silhouette est inoubliable. Il est situé tout au bout de la presqu’île, où se rejoignent Rhône et Saône, sur un site exceptionnel. Il abrite des collections de sciences naturelles, d’anthropologie, de civilisations, de sociétés. Il offre aussi une salle de restaurant et une terrasse avec une vue magnifique.

Parc de la Tête d’Or

C’est un parc immense, de toute beauté, spirituellement encore plus impressionnante en automne, empli d’arbres centenaires, de roseraies, d’un jardin botanique avec des serres Balthard, d’une plaine africaine avec ses girafes et d’animations pour les enfants, de grandes pelouses merveilleuses dès les premiers soleils et d’une allée qui en fait le tour, idéale pour les jogueurs.

Voir notre parcours Parc de la Tête d’Or

Une des serres Balthard du jardin botanique (photo FC)

Bonne visite de Lyon.

Festival Quais du polar

Festival majeur du roman policier, du thriller et du noir, Quais du polar accueille depuis 2005 les plus grands auteurs à Lyon. L’occasion aussi de découvrir le Lyon du gang des Lyonnais et des frères Lumière.

Le festival Quais du polar 2017 aura lieu à Lyon

du 31 mars au 2 avril

quai du polar 2017Désormais festival majeur dans le genre extrêmement populaire du roman policier, du thriller et du noir, allant de la BD jusqu’au cinéma, Quais du polar accueille depuis 2005 les plus grands auteurs à Lyon. Craig Johnson, Michael Connelly, Henning Mankell (décédé en 2015), Norman Spinrad, P. D. James (décédée en 2014), Patricia McDonald, Deon Meyer, Jo Nesbø et, chez les français, notamment Didier Daeninckx,  Frank Thilliez, Jean-Christophe Grangé, Tobie Nathan.

En vrac, quelques uns des auteurs attendus cette année 2017 : David Vann, Marcus Malte (on l’adore), Caryl Férey, Eva Joly, Dominique Sylvain, François Rollin, Guillaume Musso, Luis Sepulveda, Michel Bussi, Michel Pastoureau, Philippe Kerr, Romain Scolombe, Ron Rash, Sandrine Collette, Tanguy Viel, Vincent Peillon.

Au moment où nous rédigeons cet article, le programme 2017 Quais du Polar n’est pas encore ligne, il le sera ici.

Mention spéciale au blog EmOtions :

Voici un blog incroyable sur le polar et le thriller ! Profusion d’articles, critiques, interviews avec un  enthousiasme roboratif et un fabuleux travail de découverte d’auteurs et d’œuvres. Nous l’adorons à Lyon Visite, vous l’avez compris. Yvan sera évidemment sur le festival Quais du polar pour ses rencontres et interviews.

Son blog : https://gruznamur.wordpress.com/ et son autoportrait + une interview de lui.

Atmosphère noire sur les pentes de Croix-Rousse

Virginie Despentes a choisi son pseudonyme d’auteur ici, sur ces pentes.

Librairie Café "Un petit noir" consacrée au polar à LyonUn Petit Noir, librairie café consacrée uniquement au polar est au milieu des pentes de la Croix-Rousse, 57 montée de la Grande-Côte, dans le quartier arty et alternatif, animée par un passionné qui trace sa route depuis plusieurs années, de plus dans un beau lieu. Au programme, début mars, Catherine Bessonar et Ahmed Tiab. Le site du café librairie Un Petit Noir

… que du noir dans la vitrine d’Un Petit Noir (photo nov. 2016)

Sans aucun dessous de table, on vous recommande chaudement ce lieu consacré au noir.

Les traboules des pentes :

Plongez dans l’atmosphère et l’histoire alternative et sociale des pentes avec notre itinéraire Traboules des Pentes de la Croix-Rousse.

Nos autres conseils pour visiter Lyon pendant « Quais du polar » :

.

 Vieux Lyon

 

 

 

 Balade dans Lyon à Vélo’v

 

 

 

 La balade des magnolias

(s’ils étaient déjà en fleurs, pourquoi pas)

 

 

 Visiter Lyon en 2 jours

 

 

 

.

Fête des lumières 2016, nos coups de cœur, « When a man loves a woman »

Légèreté et amour !… Cette fête des lumières 2016 est joyeuse et plus simple qu’avant 2015. Non pour oublier ce que nous avons vécu depuis le 13 novembre mais pour affirmer ensemble notre désir de partager nos rues et nos places.

C’est place Sathonay et place des Célestins que cette joie est la plus partagée en musique, sur des airs de fête et d’amour. Cette fête est plus modeste que les fêtes de la première moitié des années 2010, quand LA fête des lumières était devenue gigantesque, couvrant toute la ville et rassemblant 4 millions de visiteurs.

Nous avons adoré quelques animations, pas forcément les plus spectaculaires. Voici, comme chaque année depuis 2008, nos coups de cœur.

Pour visiter la fête, utilisez : Notre itinéraire conseillé + programme Nos informations pratiques.

Coup de cœur n°1 — Un piano sous la neige / Place Sathonay

La neige trace des volutes dans le ciel. Les notes de musique dans les cœurs. Un père fait tourner sa petite ville. Des enfants lèvent les yeux vers le robot guirlande au clavier du piano à queue. Tel Napoléon Bonaparte sur les hauteurs d’Austerlitz, le sergent Blandan observe de son piédestal de pierre sa place Sathonay, une des plus jolies de Lyon, ravie, allègre, réjouie, folâtre, dansante.

Fête des lumières 2016, Un piano sous la neige, création Jean-Luc Hervé
Fête des lumières 2016, Un piano sous la neige, création Jean-Luc Hervé

 

C’est une création de Jean-Luc Hervé, Les Orpailleurs de lumière.


Nous visons les 10.000 « J’aime » sur notre page Facebook pour élargir notre audience. Plus que 6.800 ! Si cette page vous est utile, aidez-nous : cliquez ci-dessous sur « J’aime cette page », un grand merci à vous :

Coup de cœur n°2 — Évolutions / Cathédrale Saint-Jean

Un dialogue sans parole entre l’infini et notre courte présence sur cette terre. Calme, profond, sacré, tournoiement des ères, solitude… Oui, nous sommes seuls dans l’univers… nous allons mourir au milieu de la beauté de pierre de Bach et des façades millénaires des cathédrales. Oui, cette composition lumineuse nous dit que nous sommes de passage et que ces façades de pierre nous regardent dans les siècles. La création de Yann Nguema est une chorégraphie, elle ne peut se dire avec des mots, à la fois abstraite et sensible. Chacun la ressentira, dans ce face à face millénaire comme une sonate de violoncelle, une prière ou un élan.

Évolutions, création de Yann Nguema, Cathédrale Saint-Jean, Fête des lumières 2016

 

.
Evolutions, Yan Nguema, Fête des lumières 2016, photo Lyon-visite.info

.

Coup de cœur n°3 — Vols de nuit / Place Antonin Poncet

Ne ratez pas la place Antonin Poncet, cachée derrière la grande roue de Bellecour.

Thierry Chenavaud a eu une très belle idée : vidéo-projeter sur la carlingue et les ailes de la réplique du célèbre Simoun rouge et blanc d’Antoine de Saint-Exupéry. Les images qui enveloppent l’avion sont des évocations puissantes de l’univers du pilote, écrivain et poète, né en 1900 juste à côté, place Bellecour : le ciel étoilé de ses vols de nuit, des motifs évoquant l’Afrique du nord, les timbres oblitérés et des lettres transportées par l’Aéropostale et bien sûr des cartes géographiques. Un voyage magique.

Fête des lumières 2016, place Antonin Poncet, Vols de nuit, création Thierry Chenavaud inspiré de Antoine de Saint-Exupéry
Fête des lumières 2016, place Antonin Poncet, Vols de nuit, création Thierry Chenavaud inspiré de Antoine de Saint-Exupéry

Coup de cœur n°4 — Les lanternes de Zigong / Place et rue de la République

L’animation la plus photographiée de la fête 2016. Et pour cause, elle est totalement statique et hyper lumineuse et colorée. Impossible de rater la photo ! Quelle imagination ! Quel univers !  Des dizaines de poissons chevauchés par des enfants et de mignons personnages ludiques. Un gigantesque dragon. Magnifique.

Place et rue de la République, Les lanternes de Zigong - Fête des lumières de Lyon 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Ne ratez pas non plus les lanternes en remontant la rue de la République.

Coup de cœur n°5 — Coups de cœur / Théâtre des Célestins

Simple, juste un cœur… et sur la façade du théâtre trois afficheurs donnant la fréquence cardiaque combinée de couples volontaires… sous les applaudissements de leurs fans. Sans oublier d’increvables tubes, Dalida, Gainsbourg, Polnareff, Percy Sledga… When a a man loves a woman… L’animation créée par Franck Pelletier est aussi le prétexte de nombreux selfies de couples. Si vous êtes amoureux, RDV aux Célestins.

Coups de cœur, théâtre des Célestins, fête des lumières 2016

 

 

 

.

D’autres images « coups de cœur » de la fête des lumières 2016 à Lyon

Cathédrale (chevet) et Fourvière vues depuis l'autre rive de la Saône, côté presqu'île — Fête des lumières 2016, Lyon

 

 

 

Colline de Fourvière vue de la rive gauche de la Saône

Bétonnière à facettes, création Benedetto Bufalino, fête des lumières Lyon 2016

Sur une musique de boîte, la « Bétonnière à facettes », création de Benedetto Bufalino, Quartier Grolée (à droite de la rue de la République en allant de Bellecour à Terreaux, juste avant la Chambre de commerce).

.

Fontaine d'étoiles, Patrice Warrener — Place des Jacobins, Fête des lumières 2016 - Photo Lyon-visite.info

Fontaine d’étoiles, création de Patrice Warrener — Place des Jacobins

.

Place des Terreaux, "Sens dessus dessous" création de Joseph Couturier, fête des lumières 2016, photo de Lyon Visite

.

Place des Terreaux — « Sens dessus dessous », création de Joseph Couturier.

.

Rendez-vous pour la fête des lumières 2017

 

Programme fête des lumières 2016 : notre parcours conseillé pour voir les principales animations en une soirée et notre sélection

Voici notre PARCOURS CONSEILLÉ avec PLAN INTERACTIF et notre SÉLECTION DES MEILLEURES ANIMATIONS de la fête des lumières 2016, comme chaque année depuis 2008. Notre « parcours conseillé » vous permettra en une soirée de voir les principales animations. Si vous venez à partir du deuxième jour, le 9 décembre, inscrivez-vous pour être averti de la publication de notre classique page « NOS COUPS DE CŒUR » que nous publierons dans la journée du vendredi 9 après avoir vu « de visu » les animations.

Horaires : jeudi 8 au samedi 10 décembre de 20h à minuit

Visites guidées traboules Vieux Lyon et Croix-Rousse avec nos guides chaque jour : INFORMATIONS & RÉSERVATIONS

Transports en commun : infos sur page générale Fête des lumières.

Recevoir nos « Coups de Cœur 2016 » le vendredi 9 décembre :

Notre parcours conseillé

Les animations sont complètement nouvelles chaque année. Pour vous prédire les plus marquantes, nous nous basons sur les lieux marquants de Lyon où les créateurs peuvent donner toute leur mesure. Ainsi quesur les créateurs qui ont marqués les éditions précédentes. 

Un parcours faisable en une soirée. Vous pourrez ainsi voir les principales animations. Attention, cette année les animations ne durent que de 20h à minuit !

Voici le parcours que nous vous conseillons : vous pouvez l’agrandir (carré à droite) sur votre téléphone.

Étapes du parcours que nous vous conseillons

  • Place des Terreaux (entrée régulée par le sud de la place)
  • Place Sathonay
  • Gare Saint-Paul
  • Cathédrale Saint-Jean (entrée régulée par le dessus de la place)
  • Montée facultative au théâtre à Fourvière (nécessite une 2ième soirée)
  • Point de vue berges de la Saône sur la colline de Fourvière
  • Place Bellecour et Place Antonin Poncet
  • Théâtre des Célestins
  • Place des Jacobins
  • Place de la République
  • Rue de la République
  • Place de la Bourse
  • Hôtel de Ville
  • Place Louis Pradel

C’est une boucle. Vous pouvez bien sûr la prendre où vous voulez. Et dans le sens que vous voulez. Les points à ne vraiment pas rater sont place des Terreaux, cathédrale Saint-Jean, places Bellecour et Poncet, place et rue de la République.

Métro, tramway, bus, parking : voir infos sur page générale Fête des lumières.

CONSEIL n°1 : Place des Terreaux, Joseph Couturier : Sens dessus, dessous

Simulation de l'animation Place des Terreaux — Sens dessus, dessous, Joseph Couturier
Place des Terreaux — Sens dessus, dessous, Joseph Couturier (Simulation artistique de l’animation : toutes les photos de cette page sont des simulations artistiques puisque les animations ne seront visible en vrai qu’à partir du 8 décembre)

À  votre avis, pourquoi donc la place des Terreaux est-elle en général le clou de chaque fête des lumières ? Parce qu’elle offre un espace idéal de construction d’animations lumineuses sur l’immense façade du Musée des Beaux-Arts, parce qu’elle peut simultanément accueillir des milliers de personnes.

Joseph Couturier, qui a autour de l’univers de Jules Verne, conçu l’animation 2016 de la Place des Terreaux s’était en 2013 confronté à un challenge bien plus difficile : la place Bellecour, autrement plus vaste que Terreaux et dépourvue de toute façade de projection, avec son spectacle « Pierrot le feu ». Il avait réussi à créer un univers. Grâce à l’installation ex nihilo au centre de la place de plusieurs dispositifs qui se passaient la main dont le plus spectaculaire était une machinerie de feu d’artifices.

Nous faisons le pari que dans l’écrin plus régressif et minéral de la place des Terreaux, les audaces de Joseph Couturier paieront double, les plus belles réussites ici ont toujours été poétiques, comme en 2008, l’immense coffre à jouets de Benoît Quero. En utilisant des animations basées sur le feu, sur le non électrique, Joseph Couturier a démontré qu’il aime cette dimension non technologique, ce qui nous touche plus profondément, dans nos tréfonds reptiliens.

Rendez-vous jeudi 8 décembre à 20h, place des Terreaux, avec tout particulièrement les lecteurs de Jules Verne.

Conseils : l’entrée de la place des Terreaux est régulée, on rentre par un côté rue de la République en général, on sort par la rue Paul Chenavard. Les rues d’Algérie et Sainte-Marie des Terreaux sont accessibles dans les deux sens. L’accès pas la rue Romarin est complétement fermée.

CONSEIL n°2 : Place Sathonay, Jean-Luc Hervé / Les Orpailleurs de Lumière : Un piano sous la neige

Cette animation conçue par Jean-Luc Hervé mêlera musique et animation lumineuse. On se souvient avec une forte émotion du bal qui a eu lieu sur cette place en 2014 et des animations du cloître de l’Hôtel-Dieu. Jean-Luc Hervé a imaginé un immense piano dont jouera un musicien aux doigts de lumière muni de… 6 mains ! Il jouera des airs jazzy et de variété. Donc, on dansera place Sathonay ! A priori, l’une des animations les plus entrainantes de cette fête des lumières 2016.

Un piano sous la neige, place Sathonay, Jean-Luc Hervé, Les orpailleurs de lumière
Un piano sous la neige, place Sathonay, Jean-Luc Hervé, Les orpailleurs de lumière

CONSEIL n°3 : Gare Saint-Paul, Camille Gross & Leslie Epsztein, Voyage

Ce sera leur première fête des lumières. Camille Gross et Leslie Epszteinsont sont deux très jeunes artistes  passionnées de design. Elles vont utiliser la façade de la gare et en particulier son horloge pour nous faire voyager dans le temps. La place et la rue devant la gare sont idéaux pour regarder le spectacle et déambuler avec les enfants.

Gare Saint-Paul, Voyage par Camille Gross & Leslie Epsztein
Gare Saint-Paul, Voyage par Camille Gross & Leslie Epsztein

CONSEIL n°4 : Cathédrale Saint-Jean, Yann Nguema : Évolutions

Yann Nguema, groupe EZ3kiel
Yann Nguema, groupe EZ3kiel

Un musicien, Yann Nguema, membre du groupe de musique EZ3kiel, s’attaque cette année à la mise en lumière de la subbbblissime façade de la cathédrale Saint-Jean. Le dossier de presse annonce un mélange de poésie, de pierres et de futurisme. Dans tous les cas, chaque année, cette animation est de par le gigantisme, la beauté de la façade, ses huit siècles, sa grande rosace, les pavés besa muncho de la place, l’un des absolument incontournables de chaque fête des lumières de Lyon. Yann Nguema n’a pas peur.

Nous visons les 10.000 « J’aime » sur notre page Facebook pour élargir notre audience. Plus que 6.900 ! Si cette page vous est utile, aidez-nous : cliquez ci-dessous sur « J’aime cette page », un grand merci à vous :

.

CONSEIL n°5 (nécessite du temps) : Amphithéâtre gallo-romain de Fourvière, Direction de l’éclairage public de Lyon : Incandescens

En 2012, la Direction de l’Éclairage de Lyon était la créatrice de notre coup de cœur n°1, des poissons suspendus aux fameuses voûtes de Perrache, surnom que les lyonnais donnent à l’un des deux horribles tunnels passant sous l’horrible centre multimodal surnommé la « verrue » ou « le plat de spaghettis » voulu par le maire Louis Pradel, surnommé lui « Zizi béton » tant il bétonna Lyon. Le dispositif imaginé par la direction de l’éclairage était basique et peu coûteux pour le contribuable lyonnais : des baudruches et des projos de discothèque. Le résultat était d’une poésie saisissante, transformant cet hideux tunnel en lieu magique. Qu’en sera-t-il cette année 2016 d’un lieu à l’opposé de ce tunnel : l’amphithéâtre gallo-romain deux fois millénaire installé au flanc de la colline de Fourvière ? La direction de l’éclairage abandonne pour cette animation 2016 l’électricité pour revenir à la flamme.

Incandescens (simulation), amphithéâtre de Fourvière, réalisation Direction de l'éclairage
Incandescens (simulation), amphithéâtre de Fourvière, réalisation Direction de l’éclairage

Il y aura du feu à Fourvière. L’exemple a été donné au parc de la Tête d’Or en 2010 avec un magique mobile de feu et d’eau imaginé alors par la compagnie Carabosse. Nous gardions la nostalgie de ce feu si vivant, tressautant, animal, depuis lors. Nous nous précipiterons à Fourvière pour voir ce feu, dans ce lieu qui en connut bien d’autres voici quasi 2000 ans.

Attention : l’accès à l’amphithéâtre nécessite de grimper la colline, soit à pied depuis Saint-Jean, la montée est « sportive », soit en prenant le funiculaire à la station de métro Vieux Lyon.

Conseil : il risque de vous être nécessaire d’écarter cette animation si vous êtes à Lyon pour une seule soirée, elle nécessite une heure au minimum pour le trajet et la visiter.

CONSEIL n°6 : Colline de Fourvière depuis la rive gauche de la Saône, Philippe Cotten : Soleil

La traditionnelle et toujours magnifique mise en éclairage des monuments de la colline, cathédrale et palais de justice en bas, basilique en haut, nous rappellera l’hommage rendu ici l’an dernier aux victimes des attentats de Paris, survenus moins d’un mois auparavant. La fête avait été annulée et la seule animation maintenue était celle de la mise en lumière de la colline, durant laquelle ont été projeté sur les façades des quais les prénoms des 130 victimes.

Les prénoms des 130 victimes ont défilé sur les façades des quais en clôture de chaque projection de "Regards" de Daniel Kniffer. À 22 heures, les cloches de la cathédrale Saint-Jean ont sonné le glas. Parmi les 130, le prénom d'une Lyonnaise, Caroline.

Nous penserons à eux cette année, durant cette fête qui aura des allures de renouveau, d’affirmation de la vie ensemble, refusant la barbarie.

Une Lune montera cette année sur la colline au-dessus d’un palais de justice devenu temple solaire, imaginée par Philippe Cotten. Une voie lactée s’allumera, des oiseaux de nuit s’envoleront des jardins du Rosaire au flanc de la colline qui prie. Nous vous conseillons vivement cette animation, les dimensions spectaculaires du panorama, le recul offert par le poste d’observation au bord de la Saône en permet chaque année la réussite.

soleil_-_colline_de_fourviere-2016-philippe-cotten

Place Bellecour, Nathanaëlle Picot, Un songe forain

La grande roue de la place Bellecour sera utilisée pour des images de cirque fantastiques.

Conseil n°8 : Place Antonin Poncet, « Vols de nuit » par Thierry Chenavaud inspirés d’Antoine de Saint-Exupéry

Statue de Saint Exupéry et du Petit Prince, place Bellecour
Statue de Saint Exupéry et du Petit Prince, place Bellecour

Antoine de Saint-Exupéry est né à 200 mètres de la place Antonin Poncet le 29 juin 1900, de l’autre côté de la place Bellecour, rue Alphonse Fochier, rebaptisée en 2000 rue Antoine de Saint Exupéry pour le centenaire de sa naissance. Juste à côté a été érigée pour ce centenaire, une adorable jolie statue en l’honneur du célèbre aviateur de l’Aéropostale, compagnon de Mermoz et de Guillaumet, lequel lui déclara après sa légendaire survie dans la Cordillière des Andes, « Ce que j’ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait », Saint-Exupéry auteur des chefs d’œuvre Courrier Sud, Vol de nuit, Terre des hommes.

Nous vous intimons chère lectrice, cher lecteur, de profiter de votre présence à Lyon pour la fête des lumières d’aller contempler cette statue. C’est une des plus jolies qui soit, rendons grâce à sa sculptrice, Christiane Guillaubey. Le célèbre poète, romancier, journaliste et aviateur est assis sur une haute stèle, son casque en cuir de pilote sur la tête, le Petit Prince derrière lui, tel que Saint-Ex l’a lui-même dessiné à New-York, durant la deuxième guerre mondiale, pour la première édition de ce qui deviendra une des œuvres de fiction la plus vendue et connue au monde. Difficile de ne pas être ému au pied de cette statue. Nous l’avons ajoutée sur notre Google map de la fête des lumières 2016 (la bulle orange avec l’avion). Allez-y ! on vous dit, et envoyez-nous une photo du Petit Prince et de Saint-Ex sur notre page Facebook.

Thierry Chenavaud nous a laissé un grand souvenir lors de la fête des lumières 2008. Il avait imaginé un spectacle absolument magique autour de l’histoire du théâtre, sur la façade du théâtre des Célestins. Nous attendons avec impatience celui dont il a rêvé pour la fête des lumières 2016 autour de Saint-Exupéry. Une citation de son roman Vol de nuit, titre au pluriel près du spectacle de Thierry Chenavaud :

J’ai toujours, devant les yeux, l’image de ma première nuit de vol en Argentine, une nuit sombre où scintillaient seules, comme des étoiles, les rares lumières éparses dans la plaine.
Chacune signalait, dans cet océan de ténèbres, le miracle d’une conscience. Dans ce foyer, on lisait, on réfléchissait, on poursuivait des confidences. (..)là on aimait. jusqu’au plus discrets, celui du poète, de l’instituteur, du charpentier. Mais parmi ces étoiles vivantes, combien de fenêtres fermées, combien d’étoiles éteintes, combien d’hommes endormis…

Volons ensemble sous les étoiles au-dessus de la pampa avec Saint-Ex, le petit prince et Thierry Chenavaud dans la réplique de son célèbre Simoun rouge et blanc.

Vols de nuit, place Antonin Poncet, l'avion de Saint-Exupéry, animation de Thierry Chenavaud pour la fête des lumières 2016 (simulation)

CONSEIL n°9 : Place des Célestins, Franck Pelletier, Coups de cœur

Franck Pelletier a imaginé un énorme cœur lumineux dont les battements seront la conjugaison de ceux de couples volontaires. Il avait produit la belle marguerite de la place Pradel en 2013, déjà une histoire d’amour !

CONSEIL n°10 : Place des Jacobins, Patrice Warrener, Fontaine d’étoiles

L’une des animations potentiellement les plus prometteuses de 2016. Patrice Warrener a réalisé de merveilleuses animations à Lyon, par exemple la colorisation de la cathédrale en 2008.Et aussi parce que la fontaine des Jacobins au centre de la place depuis qu’elle est restaurée favorise des scénarisations hardies ou spectaculaires.

Des tableaux multicolores viendront mapper la fontaine et ses quatre sculptures. La façon de Patrice Warrener est en général à la fois d’un classique poussé à la perfection et de l’utilisation poussée de la pierre des monuments servant à ses projections. La fontaine devrait donc être magnifiée.

Conseil n°11 : Place et rue de la République, Les lanternes de Zigong

Déjà magnifique en 2014 avec des portiques lumineux, la rue de la République promet encore cette année d’être somptueuse avec ces décorations lumineuses d’inspiration chinoise. Le visuel du dossier de presse est carrément extrêmement prometteur pour la sorte de bestiaire chinois qui sera installé place de la République. À  ne pas rater. Munissez-vous de vos appareils photo.

Place dela République, Les lanternes de Zigong
Place de la République, Les lanternes de Zigong

Vous désirez visiter les traboules du Vieux Lyon ou de Croix-Rousse ?

    Chaque matin du 8 au 11 de 9h30 à 11h30. RDV à 9h15 au chevet de l’église Saint-Georges. Départ à 9h30.
    Après midi 14h30 à 16h30 RDV à 14h15 place de la Croix-Rousse à côté du kiosque à journaux. Départ à 14h30.

Bonne fête des lumières 2016

 

 

Biennale de la danse 2016

Accès au programme des spectacles.

Rendez-vous pour la prochaine biennale de la danse 2018

Programme de la biennale du 14 au 30 septembre 2016 : spectaclesdéfilé

Défilé de la biennale de la danse en 2006Le populaire, festif et coloré défilé de la biennale de la danse de Lyon pour la 1ière fois n’a pas été un véritable défilé dans la rue ! Pour les raisons de sécurité que nous connaissons tous, il a quitté son habituel trajet Terreaux-Bellecour et son final en apothéose pour un lieu clos : le stade de Gerland.

Défilé, dimanche 18 septembre à Gerland.

13h30 : ouverture du stade Gerland au public
14h45 : concert « Live Rumbanama », collectif de musiciens de Lyon, Perpignan et Barcelone.
16h : défilé dans le stade.
Final : Spectacle de Yoann Bourgeois, « FUGUE / TRAMPOLINE VARIATION NUMÉRO 4 ».
Enfin, « Rumba Tarentelle » autour du char de l’Orchestre national de Lyon avec le public.
 
Défilé 2006, départ place des Terreaux
Défilé 2006, départ place des Terreaux
biennale de la danse de Lyon : le final place Bellecour
Défilé 2006, le final place Bellecour

Musée Confluence et balade architecturale et urbaniste entre Rhône et Saône

Une très belle demi-journée dans ce nouveau quartier à l’architecture hyper moderne, à la pointe entre Saône et Rhône, avec une visite culturelle à l’exceptionnel Musée des Confluences.

Vous pouvez combiner dans cette visite à pied ou à vélo :

  • une magnifique balade le long de la Saône et du Rhône en passant par la pointe, voir notre itinéraire ci-dessous ;
  • une visite culturelle au Musée des Confluences ;
  • un pot l’été en terrasse.

Visite guidée de confluences :

Si vous souhaitez découvrir plus à fond ce quartier, son histoire, sa mutation, nos partenaires guides proposent un circuit  Lyon-Confluence, un bond en avant du XXI° siècle (voir formulaire).

KML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Lyon Confluence

chargement de la carte - veuillez patienter...

Place Nautique: 45.741442, 4.818835
Musée Confluences: 45.732576, 4.818363
Pointe du confluent Rhône-Saône: 45.728251, 4.818578
Passerelle aux cadenas: 45.742483, 4.816067
Sucrière: 45.736785, 4.815080
Cube vert: 45.733696, 4.815531
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Place Nautique
Place Nautique (ou Darse), en face de l'hôtel de région et à côté du centre commercial et du cinéma multiplexe. Des bateaux commencent à y stationner.
Rue Paul Montrochet, Lyon, France
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Musée Confluences
Musée Confluence, musée des sciences et des sociétés.
Perrache - Charlemagne, Lyon, France
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Pointe du confluent Rhône-Saône
Lyon, France
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Passerelle aux cadenas
Passerelle aux cadenas sur la Place Nautique
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Sucrière
La Sucrière, lieu d'exposition d'art contemporain
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Cube vert
Cube vert, siège d'Euronews

.

Notre itinéraire de balade confluences

Prenez le tramway T1 jusqu’à la station Hôtel de Région – Montrochet (si vous commencez par la visite du musée) ou la station Musée des Confluences (si vous terminez par le musée).

Dans le sens Musée des Confluences – Place Nautique

Musée Confluences : où vais-je ? dans quelle étagère ?

Ce musée est un musée des sciences et des sociétés qui veut donner à tous les clés pour comprendre notre monde, notamment à travers les savoirs de la science et le fonctionnement de nos sociétés. Il est organisé autour de 3 thèmes :

  • D’où venons-nous ? Les origines de l’homme et de notre planète, la vie, la mort.
  • Qui sommes-nous ? L’être humain dans le monde, l’environnement.
  • Que faisons-nous ? L’histoire du passé au futur.

Musée des Confluences depuis la station de tramway T1 du même nom

Musée des Confluences depuis la station de tramway T1 du même nom

On y trouve(ra) une girafe de 2 mètres de haut « taxidermiée », un double phaéton Berliet C2 22 HP double phaéton, l’accélérateur de particules Cockcroft & Walton, un camarasaurus de 14 mètres de long.

Berges du Rhône et pont Raymond Barre

Promenade extrêmement agréable depuis le musée jusqu’à la pointe. On appréciera particulièrement la vue par dessous du nouveau pont Raymond Barre (ancien maire de Lyon, premier ministre et meilleur économiste de France, dixit VGE) dévolu aux «déplacements doux» (en langue de bois politique lyonnaise, tout déplacement n’utilisant pas un moteur à essence) qui forme avec le pont voisin, le pont Pasteur, un V. Puis plus loin sa forme particulière d’animal faisant le gros dos.

Pont Raymond Barre sur le Rhône en face de Musée des Confluences à Lyon
Pont Raymond Barre sur le Rhône, face au Musée des Confluences, Lyon

Quelques péniches d’habitation le long de cette berge rectiligne très minérale. En face, les bâtiments modernes de Tony Garnier puis le lycée international de Lyon.

La pointe du confluent du Rhône et de la Saône

On se croirait presque devant l’océan pour peu qu’une mouette se pose sur un des ducs d’Albe prolongeant la pointe.

La pointe de la Confluence vue coté sud avec à gauche le Rhône et à droite la Saône, le musée des Confluences est derrière.

Si l’on se retourne vers le nord, on a à gauche le pont ferroviaire de la voie Lyon Saint-Etienne. La basilique de Fourvière bien sagement sur sa colline. Le pont Raymond Barre avec son élégante arche à droite. Et au centre le diamant pas fini de tailler du musée des Confluences.

La pointe de la Confluence vue coté sud avec à gauche la Saône et à droite le Rhône, le musée des Confluences est au centre.

On reprend la route à gauche, c’est-à-dire à l’ouest, par la promenade qui longe la Saône.

Berges de Saône

Très agréable remontée au nord par ce sentier moins rectiligne que côté Rhône, pas de doute ce n’est plus le même cours d’eau. On passe sous le musée en direction du pont de chemin de fer.

Viaduc ferroviaire de la Quarantaine

Viaduc ferroviaire de la Quarantaine sur la Saône dans le quartier Confluences — Lyon

Sur ce pont en fer à la magnifique architecture circulent de nombreux trains vers ou depuis Saint-Étienne. Son histoire a été difficile. Construit en 1852, il s’écroule en 1854… coupant la navigation sur la Saône durant 2 ans. Le pont est reconstruit en 1856 et sera enfin remplacé par le viaduc métallique que vous voyez en 1932. Les 1er et 2 septembre, les allemands le dynamitent mais cette fois-ci, il tient le coup et peu endommagé pourra être réparé et remis en service, à l’époque avec une voie ferrée et une voie pour les automobiles et les piétons. Il est électrifié en 1954. Aujourd’hui, il est un élément structurant du paysage et, notez-le, il traverse la Saône en biais, comme de l’autre côté de la presqu’île traverse le Rhône le nouveau pont Raymond Barre.

Le cube orange et le cube vert de Confluence

Le quartier Confluence se veut une sorte de vitrine du futur, tant de point de vue archi que du point de vue écolo. Des bâtiments innovants  dispersés par les urbanistes dans cette partie de Confluence appelée « Ilot P »… « P » pour énergie positive (ils produisent plsu d’énergie qu’ils n’en consomment). En particulier le cube vert qui abrite la télé européenne d’info continue Euronews et le cube orange, des plus mitraillés par les photographes, avec son étonnant puits de lumière en façade.

Confluence, la Sucrière, le cube vert, le cube orange et le musée des confluences
Le musée Confluences vue de loin, le cube vert Euronews, le cube orange et son puits de lumière, la Sucrière lieu d’exposition de la biennale d’art contemporain

D’autres bâtiments marquent ce quartier. Le Musée Confluences bien sûr. Mais aussi l’Hôtel de Région organisé autour d’un immense patio. Cet ensemble de bâtiments n’est pas courant, il marque l’ambition de Lyon, la sauce urbaine prendra-t-elle, on le saura dans les années prochaines.

Après le cube vert, ne ratez pas la Buvette de Francis qui subsiste du passé, de l’avant quartier à énergie positive, mais qui connaissait depuis bien longtemps la récupération d’énergie.

La place nautique et sa passerelle aux cadenas

On arrive à la Place Nautique par une fort belle promenade entre la Saône et des plans d’eau ressemblant à des mares dans lesquelles se reflète le centre commercial.

Le centre commercial Confluence se reflète dans une mare avec joncs et canards
Le centre commercial Confluence se reflète dans une mare avec joncs et canards.

La passerelle sur la « darse » (le bras de Saône qui rentre à l’intérieur de la presqu’île) obéit à la tradition récente des cadenas d’amoureux. On y captera également de magnifiques vues sur ce quartier encore en construction.

La passerelle sur la Place Nautique avec ses cadenas d'amoureux.

Voici un beau point final à notre balade.

Bonne découverte de Confluence.

 

 

Galerie virtuelle du street art à Lyon

Cette galerie est une visite virtuelle permettant de retrouver des graffs disparus ou encore présents….. Vous pouvez la parcourir depuis chez vous… Ou sur votre tablette en baladant sur les pentes de Croix-Rousse, haut lieu du graff à Lyon (voir notre itinéraire).

Voir notre itinéraire de visite « Street art Lyon » (avec carte interactive) ici : http://www.lyon-visite.info/street-art-graff-graffitis-tags-pentes-croix-rousse/

Exposition virtuelle street art lyon croix-rousse (mises à jour : 9, 19 octobre, 17 novembre 2013)

Dans la galerie ci-dessous, un certain nombre de réalisations. Parmi elles des graffeurs connus :

  • THTF, collectif de 2 artistes, très prolifique sur les pentes de la Croix-Rousse : collages, fresques ;
  • Kesa, connu pour ses animaux et oiseaux découpés dans des vinyles ;
  • Don Mateo, avec de beaux sujets en papier collé (voir l’enfant ci-dessous).

Knar ne fait pas encore partie de cette galerie.

Les techniques sont très diverses : fresque, pochoir, collage. Le nombre de tags a notoirement augmenté depuis septembre 2013, pour une raison que nous n’avons pas percé.

La photo 29 (7e rangée) est intéressante, elle concentre le travail de trois grafeurs différents.

.

Notre itinéraire de visite « Street art Lyon » (avec carte interactive) http://www.lyon-visite.info/street-art-graff-graffitis-tags-pentes-croix-rousse/ permet de découvrir sur le terrain les tags non effacés de cette galerie.

Cimetière de Loyasse par le Parc des Hauteurs et Fourvière

Le cimetière de Loyasse est passionnant pour au moins 3 raisons : l’impressionnante richesse de ses styles, ses célébrités (comme le mage Nizier-Anthelme Philippe), la balade pour s’y rendre par Fourvière et le méconnu Parc des Hauteurs.

Nous vous proposons une visite selon deux points de vue : d’une part célébrités du whos’s who  lyonnais et curiosités et d’autre part symbolisme architectural. A vous de choisir celui qui vous intéresse ou de mixer les deux. Rendons-nous d’abord sur place.

Aller au cimetière de Loyasse par le Parc des Hauteurs et Fourvière

  • Partir du Vieux Lyon au pied de la cathédrale Saint-Jean.
  • Prendre le funiculaire à la station de métro Vieux Lyon (moyen le plus rapide et le moins fatiguant)
  • Ou monter à pied par le jardin du Rosaire (itinéraire bleu sur la carte ci-dessous) au flanc de la Colline (très très jolie balade exigeante physiquement), pour cela de la place Saint Jean, prendre la rue Saint Jean, à gauche la rue de la Bombarde, à droite la rue du Boeuf, et aussitôt à gauche la montée des Chazeaux. En haut des escaliers, on souffle. Prendre à gauche la montée Saint-Barthélemy jusqu’à l’entrée du jardin sur votre droite. Traverser le jardin à votre gré par l’allée en zig-zags ou en coupant si vous êtes sportif. A la saison des roses, profitez de la jolie allée avec stations du chemin de croix.
  • Sur l’esplanade de Fourvière, prendre à droite la Montée Nicolas de Lange jusqu’à l’entrée sur votre gauche du Parc des Hauteurs.
  • Traverser le Parc des Hauteurs en profitant de toutes les belles choses qu’il vous offre : vues sur Croix-Rousse, les Monts d’Or, les belles boucles de la Saône, la passerelle des Quatre-vents (avec en-dessous les vestiges de la station d’un ancien funiculaire) et un bel espace vert derrière.
  • Traverser entièrement le Parc des Hauteurs et à la sortie prendre à droite et aussitôt à gauche, le cimetière est indiqué.

Histoire et carte du cimetière de Loyasse

C’est le plus ancien cimetière de Lyon. Il est vite devenu branché de s’y faire inhumer. Avec un monument à sa hauteur sociale ! C’est pour cela que le cimetière fourmille de célébrités lyonnaises et de tombeaux spectaculaires. Mais aussi de sépultures abandonnées devenues pour certaines romantiques.

Célébrités lyonnaises et curiosités

Voir numéros correspondants sur le plan ci-dessous et sur le plan distribué à l’accueil du cimetière

  • 1 – Edouard Herriot, député, sénateur, président du conseil (3 fois), ministre, député, maire de Lyon (pendant 52 ans), membre de l’Académie française, officier de la Légion d’honneur, président du parti radical-socialiste… écrivez-nous si nous avons oublié quelque chose. En 1942, il renvoie sa Légion d’honneur au maréchal Pétain. A sa mort, le cimetière étant plein comme un oeuf, on lui a érigé à la place de la cabane à charbon des croque-morts  à l’entrée du cimetière un monument quelque peu stalinien (photo). Herriot qui était un lettré a aussi laissé derrière lui un paquet de citations où luit l’esprit lyonnais :

La tradition, c’est le progrès dans le passé ; le progrès, dans l’avenir, ce sera la tradition.

Rien n’est si dangereux qu’un imbécile qui a les apparences d’un homme intelligent.

La politique est un chapitre de la météorologie. La météorologie est la science des courants d’air.

La politique, c’est comme l’andouillette, ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop.

Maintenant que je suis vieux, lorsque je parcours un cimetière, j’ai l’impression de visiter des appartements.

Tombeau de Edouard Herriot à Loyasse
Tombeau de Edouard Herriot à Loyasse
  • 5 – Carré des prêtres
  • 6 – La brodeuse Marie-Anne Leroudier
  • 8 – Le fondateur de la Brasserie Georges
  • 12 – Jean-Philippe Wuillermoz
  • 13 – Famille Guimet
  • 14 – Velocio
  • 15 – L’architecte de Fourvière, Bossan
  • Le tombeau de Laurencin, sponsor des frères Montgolfier21 – Le sponsor de la première montgolfière, Jean-Espérance de Laurencin, dans un tombeau en pyramide à quatre pans. En tant que financeur des frères Montgolfier, il était dans le premier vol :

Les essais captifs ont lieu du 7 au 15 janvier 1784. Le ballon a souffert de l’hiver rigoureux cette année-là. De plus, du fait de sa taille, le gonflement est très délicat, surtout avec des aides aérostiers peu expérimentés. Le temps peu favorable et une lutte entre les souscripteurs pour savoir qui volerait faillit faire capoter le projet.

Enfin, le 19 janvier, le temps est propice et les esprits calmés, 100 000 Lyonnais sont présents et même Pierre, le père des deux inventeurs est là. Prennent place à bord du Flesselles, Joseph dont c’est le seul et unique vol, Pilâtre, le comte de Laurencin qui avait amené une grande partie des fonds, le comte de Dampierre, le marquis de Laporte d’Anglefort, le prince de Ligne et le jeune Fontaine. Un resquilleur est évacué tel un sac de sable.

  • 23 – Les jouteurs
  • 25 – Le Mage Philippe (Nizier-Anthelme Philippe)

Découvrir et comprendre la symbolique

Certaines tombes « embarquent » une symbolique importante à base d’animaux et de fleurs. A qui s’adresse cette symbolique ? Mais à nous à plus d’un siècle de distance ! Elle a été sculptée pour les vivants, pour leur dire certaines choses que l’on voulait leur signifier… prêtons-nous donc à leur discours et allons-y :

Cimetière de Loyasse, symbolisme, Sablier ailé et serpent qui se mord la queue
Sablier ailé et serpent qui se mord la queue

Végétaux

Fleur de pavot: sommeil

Lierre : attachement

Pommes de pin : fécondité, vigueur

Animaux

Cimetière de Loyasse, tombe du chocolatier Isac Casati, chouette : augure de la mort et symbole de sagesse
Tombe du chocolatier Isac Casati, chouette : augure de la mort et symbole de sagesse

Serpent qui se mot la queue (en forme de 8) : symbole de l’infini

Chouette : sagesse

Coq : pasteur des âmes (à la fois protecteur et défenseur)

Papillon : âme libérée quittant le corps, renaissance

Chauve-souris : mène le défunt à travers les ténèbres et l’aide à y trouver son chemin

Autres

Le coussin : attribut des coeurs enflammés

L’ancre marine : attachement familial

Barrières (autour de la tombe familiale) : protection contre les autres et montrer que l’on est réuni

Oriflamme ailé : âme du défunt

Sablier ailé : temps qui passe

Corne d’abondance : fortune, fécondité

Couronne : récompense ou succès, peut aussi symboliser l’éternité

Bonne visite

Programme des journées du patrimoine 2017 à Lyon

Réservez le programme complet et consultez déjà l’avant-programme des journées du patrimoine 2017 à Lyon et environs.

Dates des journées du patrimoine : 16 et 17 septembre 2017

Journées du patrimoine 2017 à Lyon

L’avant-programme est désormais connu

Le thème en sera « La métropole au fil de l’eau ».

Télécharger l’avant-programme des Journées du patrimoine 2017 (c’est un PDF sur le site web de Lyon Métropole)

Programme complet

Il sortira début septembre 2017. Vous voulez être averti de sa sortie ? Inscrivez-vous en donnant votre adresse E-mail ci-dessous (nous ne l’utiliserons pas pour autre chose) :

Nos « avants » coups de coeur :

Parmi cet avant-programme, voici 2 visites particulièrement excitantes.

Visiter le Port et les Docks

A bord d’un bateau, on visitera d’abord côté Saône les anciens docks devenus l’ultra-moderne Confluence. Puis on passera côté Rhône et on entrera dans le Port de Lyon. Plutôt méconnu, c’est une occasion merveilleuse de le découvrir. C’est là qu’arrivent le sel pour dégivrer autoroutes et rues de la ville, des hydrocarbures, des matériaux de construction, etc.

Découvrir le poste d’aiguillage de Lyon Perrache

La mythique compagnie PLM, ça vous dit quelque chose ? Georges Brassens l’évoque dans Supplique pour être enterré sur la plage de Sète :

Dans un sleeping du Paris-Méditerranée
Terminus en gare de Sète

Le poste d’aiguillage de Perrache de la ligne PLM installé en 1933 et fermé en 2016 sera visitable pour la première fois. Passionnant aussi bien comme conservatoire des technologies ferroviaires de l’époque que comme bâtiment Art-Déco.

Poste aiguillage de Perrache
Poste aiguillage de Perrache, bas-port du quai Rambaud — Photo de Nicolas Daum — Source : Bibliothèque Municipale de Lyon — CC BY-NC-ND 2.0 FR

Bonnes journées du patrimoine à Lyon

 

Street art, graff et graffitis des pentes de la Croix-Rousse

Le street-art de Lyon est la face cachée « off » des murs peints. Dans le quartier des pentes de la Croix-Rousse, il est effacé le jour par la municipalité et recréé de nuit par les graffeurs. Une découverte — et non une visite guidée ! — à faire en prenant son temps, rythmée par les galeries d’arts cotemporains et les cafés alternatifs des « pentes ».

Voir notre galerie de photos « Street art Lyon » ici : http://www.lyon-visite.info/galerie-street-art-lyon/

Le street art à Lyon : du « mur peint off »

L’art officiel et conventionné (avec les copropriétés) des murs peints de Lyon dissimule (pudeur ou honte ?) ses origines : l’art du graffiti sauvage. Il a connu un grand développement en 1968, quand dans les locaux de l’Ecole des Beaux Arts, alors située sur les pentes de la Croix Rousse, s’est formée une génération de graffeurs, croisant les expériences de l’imprimerie et de la soie avec la tradition révolutionnaire de la Croix-Rousse. Cette tradition s’est désormais concentrée sur ses pentes (partie de la Croix-Rousse entre le nord de la place des Tereaux et le sud du boulevard de la Croix-Rousse), le plateau (au nord du boulevard) étant désormais totalement boboïsé.

Puis l’art du graffiti croix-roussien a connu un renouveau à la naissance du hip-hop et du graff à New-york et de son arrivée en France.

Aujourd’hui, ce quartier des pentes de la Croix-Rousse demeure de loin le lieu le plus intense du street-art à Lyon. Avec le pire et le meilleur.

Un art éphémère à découvrir (et non à visiter) hors façades nettes

Le street-art disparaît en permanence : la plupart des tags sont effacés dans un délai de deux semaines lorsqu’ils sont apposés sur des façades dont les propriétaires ont passé avec la mairie de Lyon une convention « façade nette ». Toutefois, certaines façades ont fait l’objet de tagage volontaire, qui reste donc permanent. Et d’autres non conventionnées conservent leurs décors plusieurs mois ou années.

Voir notre galerie virtuelle du street art à Lyon qui en mémorise un certain nombre.

Nous vous proposons donc une découverte du street art articulée autour des quelques façades fixes dans le temps. Votre trajet entre et autour de ces points vous permettra de découvrir tout un tas d’autres graffitis, tags, fresques, etc.

Itinéraire de découverte des graff, tags, graffitis des Pentes de la Croix-Rousse


Afficher Street art Lyon sur une carte plus grande

  • Départ : Place des Terreaux devant l’Hôtel de Ville
  • Prendre la rue Romarin (coin nord-est de la place, côté Rhône)
  • Monter la rue Saint-Polycarpe – 20 mètres l’église, à gauche, il y a souvent des tags
Rue Saint-Polycarpe, tag effacé (hélas) - 31 décembre 2011
Rue Saint-Polycarpe, tag effacé (hélas) – 31 décembre 2011
  • Prendre à gauche la rue Leynaud sur quelques dizaines de mètres (plusieurs cafés alternatifs très sympas)
  • Prendre le passage Thiaffait : découvrir les stylistes regroupés dans le passage, profiter du café très sympa du passage
  • Dans le passage, en haut, entre les deux escaliers, la niche est souvent utilisée par des graffeurs acrobatiques
  • Monter par la gauche ou la droite (la gauche permet d’arriver au nouveau jardin public), il y a des tags éphémères des deux côtés

Rue Burdeau

  • Découvrir le nouveau jardin public du 17 rue Burdeau, aménagé dans une tendance moderne plutôt réussie vu les contraintes du lieu – Ici on est sur les lieux de l’ancien sanctuaire romain d’il y a 2000 ans, et oui…
  • street-art-lyon-visiter-gainsbourg-rue-des-tables-claudiennesPrendre la rue Burdeau côté droit quand vous sortez du passage Thiaffait (en direction du Rhône, vers l’est) : nombreuses galeries d’art contemporain, notre préférée est la galerie Françoise Souchaud, 35 rue Burdeau
  • Vous passez aussi près de lieux alternatifs très vivants : l’Atelier de création Libertaire, le local du syndicat CNT, et de lieux qui prolongent l’histoire et la tradition de la sérigraphie : un atelier créatif de sérigraphie pour les enfants et une galerie-atelier.

La fresque « Gainsbourg »

  • Cette fresque est permanente, dans la partie en escaliers qui termine la rue des Tables Claudiennes au croisement avec la montée Saint-Sébastien (autre particularité de ce quartier des pentes que ces rues alternativement en escaliers et en rue). Nous l’avons surnommée « Gainsbourg » pour une raison évidente.

Street-art-Lyon-arbreLa fresque « rue Pouteau »

C’est une fresque récente créée par le propriétaire d’une maison accrochée à la pente, dans le virage de la rue Pouteau.

Nombreux autres tags éphémères dans le coin.

Au coin de la rue Imbert Colomès et de la rue Pouteau, un espace d’expo photos et autres travaux très en lien avec le quartier.

La fresque « garage »

On monte la rue Diderot (en laissant la rue Pouteau qui continue sous forme d’escaliers). On arrive sur une des plus belles places de Lyon, la place Colbert. Il y a un chouette bar alternatif qui tient terrasse dès qu’il fait beau. Vue sublime sur l’est de Lyon (le crayon et autres tours de Part-Dieu, les Alpes, les tours de refroidissement de la centrale nucléaire du Bugey à 35 km de Lyon).

On prend la rue Lemot vers le bar. On monte, la fresque est à gauche, avant le virage.

Fresque permanente sur un garage rue Pierre Lemot - Photo prise en 2012
Fresque permanente sur un garage rue Pierre Lemot – Photo prise en 2012

Très vaste, lumineuse. Avec un peu de chance, vous verrez quelqu’un entrer ou sortir sa voiture du garage à travers la fresque.

La fresque collée « 49 rue des pierres plantées »

On continue à monter et on arrive sur l’esplanade. En continuant par la rue des Pierres Plantées quelques dizaines de mètres, on arrive à cette fresque.

Street art Lyon - Fresque en papiers collés du 49 rue des pierres plantées

Curiosité : c’est une fresque toute en papiers collés sur la façade d’une petite maison d’un étage.

Le portrait de Michel Simon

Street-art Lyon visite - Michel Simon - rue de Crimée - 17 novembre 2012
Street-art Lyon visite – Michel Simon – rue de Crimée – 17 novembre 2012

Si maintenant, on monte la rue Jean-Baptiste Say, on trouve au coin avec la rue de Crimée, un très beau portrait de l’acteur Michel Simon sur la façade d’une maison abandonnée.

En y allant, vous passez devant le lieu alternatif, La coopérative du zèbre. Au début de la rue Jean-Baptiste Say, vers le marchand de journaux, une façade souvent utilisée par les graffeurs.

L’esplanade et le jardin de la Grande Côte

L’esplanade offre une vue splendide sur Lyon côté Saône. On voit le fleuve, la cathédrale Saint-Jean, les dômes du nouveau Conseil Régional, la zone Seveso de Feyzin et les Alpes. La terrasse du café-restaurant Le Montana est sublimissime.

La montée de la Grande Côte

Street-art-Lyon-montee-grande-cote-graff
Graff montée de la Grande Côte – Août 2013

Fréquents tags. On passe entre des lieux alternatifs, des artisans d’art et quelques boutiques de souvenirs plus ou moins lyonnais (la boutique de mugs et de cartes en descendant à gauche a des choses vintage et humoristiques originales).

Street-art-Lyon-borne-taguee-lapinEn prenant à droite la rue Neyret, on peut faire un crochet nostalgique par l’ancienne Ecole des Beaux-Arts pour contempler avant sa démolition/requalification , ce bâtiment d’une laideur réjouissante. En face, une église qui a fait l’objet d’un guerre à la Don Camillo entre laïcs et cathos, son entrée demeure perchée (et inaccessible) dans le vide, l’autorisation de construire un escalier n’a jamais été accordée. Des 3 églises existant sur les pentes, deux sont condamnées, seule l’église néo-gothique Saint Polycarpe fonctionne.

Place des Capucins

Sur et autour de cette place, beaucoup de graffs éphémères. On peut redescendre vers la place des Terreaux par la rue Sainte Marie des Terreaux. Tags probables.

Ou alors on peut se rendre Place Sathonay pour admirer photos autour d’un thé, d’un café ou d’un chocolat sous les voûtes ou à la terrasse du Tasse-Livres.

Le Tasse-livres, Place Sathonay

Ne pas entrer sur la place (sauf pour l’apprécier car elle est à la fois belle et populaire) et prendre tout de suite à gauche, il y a une terrasse en bois en contrebas de la rue.

Ici, Le Tasse-Livres (pub gratuite), un lieu très très sympa pour finir votre trajet : c’est un café (sans alcool, avec de formidables jus de fruits et chocolats, thés) où l’on peut se connecter WI-FI gratuitement, lire dans l’excellente bibliothèque et découvrir des affiches de graffeurs. Agréable été comme hiver, terrasse et cave voûtée.

Juste en-dessous, une galerie récente dévolue au street-art.

Voir notre galerie de photos « Street art Lyon » ici : http://www.lyon-visite.info/galerie-street-art-lyon/

Bonne découverte des graffs et du street-art sur les pentes de la Croix-Rousse.

Quelques disparus remarquables

Street art Lyon, chanteuse Place Chardonney, à proximité de l'excellent club de jazz La clef de voûte, 6 février 2013
Street art Lyon, chanteuse Place Chardonney, à proximité de l’excellent club de jazz La clef de voûte, 6 février 2013
Centaure gore à la sortie d'un garage sous la résidence Villemanzy, rue des Fantasques - 6 février 2013
Centaure gore à la sortie d’un garage sous la résidence Villemanzy, rue des Fantasques – 6 février 2013