Vieux Lyon, visiter les traboules et les cours Renaissance

Parcours autonome Vieux Lyon et traboules

Nous vous avons mitonné dans cette page un itinéraire de visite à travers les fameuses traboules que vous pouvez faire vous même en une heure et demi ou deux, en solo, à deux, en famille ou en groupe.

Vous préférez une visite guidée ?

Pierre, Alexandre, Mégane, Adam, Céline, Noela, Maud, nos guides-conférenciers et conférencières seront heureux de vous guider tout au long de l’année dans les traboules du Vieux Lyon :

Votre itinéraire sur Google Map

C’est parti ! Voici maintenant notre itinéraire détaillé (lien map Firefox)


Afficher Lyon-visite.info : Vieux Lyon sur une carte plus grande

Cathédrale Saint-Jean

Départ Place Saint-Jean. Ici, vous pouvez passer du temps dans la cathédrale, au coeur du Vieux Lyon. Son horloge astronomique est l’une des plus anciennes d’Europe (1383, au moins) et donnera l’heure exacte jusqu’en 2019… Pourquoi ? Nous serions heureux de vous l’expliquer durant l’une de nos visites guidées. Elle sonne plusieurs fois par jour avec un défilé de personnages. L’ENS Lyon lui a consacré une page scientifique très détaillée.

Cette cathédrale était en fait une primatiale puisque le chef de l’église française a longtemps été l’archevêque de Lyon, le primat des Gaules. Le pouvoir religieux a compté ici. Des fouilles archéologiques ont mis à jour les traces de 3 édifices religieux accolés remontant en partie au 4ième siècle. Il reste, jouxtant la cathédrale et abritant son trésor, ce qui est sans doute le plus vieil édifice du quartier (en partie du 11ième siècle), la Manécanterie.

 

Cathédrale Saint Jean, Vieux Lyon
Cathédrale Saint Jean, Vieux Lyon

Si vous logez à l’Auberge de Jeunesse au-dessus de Saint-Jean, vous aurez la chance d’admirer la lumière sur cette cathédrale. Elle est sublime au lever du soleil. Comme au coucher. Ce coucher qui donne une lumière chaude à l’intérieur à travers les 12 mètres de diamètre des vitraux de sa Rosace du couchant.

La place Saint-Jean qui a (enfin) été dégagée de ses voitures a, en son milieu, une belle fontaine où l’on trouve des sujets de photos intéressants. C’est aussi une alternative à la statue de Louis XIV place Bellecour pour certains RDV.

Le quartier a une histoire de plus de mille ans. Il a failli disparaître après la deuxième guerre quand un maire de Lyon a voulu implanter des marinas en bord de Saône. Heureusement, des associations de riverains relayées par Malraux ont réussi à l’arrêter. Le site est maintenant classé patrimoine mondial de l’UNESCO et, vous vous en rendrez compte durant votre visite, draîne quantité de touristes et de visiteurs… dont vous, on vous le souhaite car c’est un quartier magnifique où l’on sent ce qu’était le Lyon des foires du Moyen-Âge.

Prendre la rue des Antonins (petite rue au milieu nord de la place) au-dessus du café de la Gargouille, très agréable bar aux couleurs chaudes avec de belles photos aux murs et une vue imprenable sur la place et la façade de la primatiale.

Entrer au 3/5 de la rue. Première traboule. Pas spectaculaire ni très belle. Mais vivante. Un chat perche sur la moto parfois. Un arbuste pousse entre les pavés. On l’a laissé grandir. Vous ressortez rue Saint-Jean.

Maison du Chamarier

Arrêt suivant dans une cour sublime qui vient tout juste d’être restaurée. C’est la maison du Chamarier où une pâtisserie fameuse fait le coin de la rue. Passez un moment dans cette cour, imprégnez-vous de cette beauté. Imaginez-vous au 17e siècle, quand Madame de Sévigné venait là.

Maison du Chamarier, Vieux Lyon
Maison du Chamarier, Vieux Lyon

Le puits aurait été dessiné par Philibert Delorme, revenant d’Italie, il avait vingt-six ans, nous retrouverons Philibert tout à l’heure. Ce puits est idéal pour un selfie ou une photo de groupe.

Maison des Avocats

Accès : 6, rue de la Bombarde

Devant vous, au fond d’un square qui porte le nom de place de la Basoche, une galerie de type toscan relie plusieurs corps de logis. La restauration de l’Ordre des Avocats lui a redonné des couleurs magnifiques. La partie du bâtiment qui donne sur la rue Saint-Jean a été construite dans la première moitié du 14ième siècle. Elle était alors l’auberge « Ostel de la Croys », fréquentée notamment par des juristes. Ceux-ci occupent encore aujourd’hui ce bâtiment avec leur centre de formation. De 1406 à 2002, la confrérie de la Basoche est installée ici.

Maison des avocats, Vieux Lyon
Maison des avocats, Vieux Lyon

La basoche

Au Moyen-Âge, cette confrérie regroupe les juristes, défend leurs intérêts, organise leur formation, dans laquelle le théâtre occupe une place importante. Dans les farces et les sotties qu’ils donnent publiquement derrière des masques, la satire des puissants et des mœurs, l’anticléricalisme et un certain matérialisme occupent une place importante, si bien qu’elles seront interdites en 1540. La confrérie fréquentera cet îlot jusqu’à la fin du vingtième siècle.

Le Musée Miniature et Cinéma

Le bâtiment héberge le Musée Miniature et Cinéma (entrée rue Saint-Jean) qui contient notamment la Reine Alien créée par James Cameron. 6,50 mètres de hauteur, 500 kg de métal et de latex.

Autour de la Maison des Avocats

Un peu au-dessus, au 14 de la rue de la Bombarde, une plaque avec un boute-feu qui allume une… bombarde.
Au 58 rue Saint-Jean, avec un peu de chance la cour à l’arrière de la crêperie Au petit glouton sera ouverte. Elle a un très joli puits adjacent à la salle et la cuisine de la crêperie, ouvertes sur cette cour très vivante.

À ne pas rater au 52, la médiévale boutique Mandragore située au fond d’une traboule en impasse. Cette boutique propose tout ce qui est du Moyen-Âge, des gantelets à la cotte de mailles en passant par tous les vêtements d’époque, velours et robes longues.

La longue traboule

Maintenant à tout seigneur tout honneur au 54, un des clous des visites organisées du Vieux Lyon, « ZE traboule », la plus longue de toutes, à Guinesser sans tarder : la longue traboule. Elle traverse quatre immeubles et quatre cours. Attention, aux heures de pointe, vu l’affluence, ça bouchon (au féminin). Quelques beaux passages qui méritent une petite photo.

On ressort rue du Bœuf.

Rue du Bœuf, Vieux Lyon
Rue du Bœuf, Vieux Lyon

C’est ça le miracle des Traboules. On tourne à droite et on longe des boutiques d’art, d’artisan, le quatre étoiles La Tour Rose, Molière a joué ici. On arrive place Neuve Saint-Jean, saturée de terrasses de restos. A l’angle de la place et de la rue du Boeuf, remarquez la statue en bois d’un boeuf sur le coin du mur. Vous verrez la même chose tout à l’heure place de la Baleine. On en profite pour vous conseiller la visite du Vieux Lyon par Thierry dans son carnet de voyage qui parle et photographie très bien sa ville natale et toutes ces rues.

Maison du Crible, Tour Rose, rue du Bœuf

Allez au 16 rue du Bœuf. Il y a là une très très jolie cour avec une tour rose somptueuse, au cylindrisme émouvant. Elle a quatre étages et est ajourée de belles ouvertures. Elle a été édifiée au 16ième siècle. Ne ressemblerait-elle pas un peu à la Tour de la Part-Dieu que les lyonnais surnomment « le crayon ». Admirez les belles portes.

Tour rose, Vieux Lyon
Tour rose, Vieux Lyon

Place Neuve Saint-Jean, palais de justice

Revenez place Neuve Saint-Jean. Au milieu, une remarquable cour ouverte avec les escaliers visibles. Cela a l’allure de Fenêtre sur cour d’Hitchcock.
A l’angle, la boulangerie du Palais. Il y a souvent la queue. Elle propose l’une des spécialités de Lyon, les brioches pralinées. Gaffe à ne pas vous y casser les dents !

Le bâtiment énorme en face de la boulangerie est l’ancien palais de justice. Les lyonnais l’appelle « Les 24 colonnes » à cause des colonnes corynthiennes qui ornent sa façade côté Saône. Elles correspondent aux heures de la journée. Il a été dessiné par Bathard père dont le fils concevra les halles de Paris. Dans le bâtiment qui précédait celui-ci furent jugées des centaines de personnes durant la Terreur, puis guillotinées place des Terreaux. Ici, siègent encore la Cour d’appel et la Cour d’assises du Rhône. Le palais dispose de sa propre prison pour les longs procès. Maurras a été jugé là en 1945 et Klaus Barbie en 1987.

Traboule rue Saint-Jean à rue des Trois-Maries

Continuez la rue Saint Jean vers le nord, dans le sens décroissant des numéros de la rue. Au 27 rue Saint-Jean, nouvelle entrée de traboule.

On ressort 6 rue des Trois Maries après deux cours ocres et des galeries italiennes. Une rue en boomerang dont la courbure est bien visible. Une des plus caractéristiques du Vieux Lyon. On se croirait au 16e siècle. On tourne à gauche en direction de la place de la Baleine. Beaux pavés.

Place de la Baleine

On retrouve au coin de la très jolie place de la Baleine et de la rue du même nom le panneau sculpté annoncé plus haut représentant une baleine. Il peut être agréable de boire un pot en terrasse ici l’été, au frais. L’hiver, il y a souvent des cracheurs de feu. Imaginez-vous ici, au Moyen-Âge, pendant l’une des quatre grandes foires annuelles qui ont permis à Lyon d’entrer dans une nouvelle expansion économique, confirmée à la Renaissance par l’installation des banquiers florentins qui sont arrivés dans le sillage de Catherine de Médicis. Ils ont construits beaucoup des beaux hôtels qui subsistent encore aujourd’hui.

Traboule place du Gouvernement à Quai Romain Rolland

Accès : 2, place du Gouvernement

On continue rue Saint-Jean jusqu’à la place du Gouvernement. Au n°2, une traboule qui commence par des escaliers menant à une très belle cour. Elle est située au-dessus de ce qui était jadis les écuries de l’hôtellerie de Saint-Christophe.

Beau bâtiment. Faisant presque too much à cause de la réhabilitation récente, mais il faut sans doute l’imaginer ainsi au 15e siècle, à sa construction.

Si vous continuez la traboule, vous vous retrouvez au 10 Quai Romain Rolland.

Reprenons la rue Saint-Jean.

Hôtel et musées de Gadagne

Accès : 1, place du Petit Collège

L’hôtel Gadagne

Les marchands-banquiers Gadagne étaient immensément riches. Simon avait fuit Florence pour Turin puis Lyon au retour de Cosme de Médicis. Son fils Thomas Ier réussit à son tour dans les affaires et intègre la vie politique lyonnaise. Son neveu Thomas II hérite de lui, devient encore plus riche et est élu échevin en 1537. L’année suivante, il loue cet hôtel particulier construit par les frères Pierrevive, des marchands du Piémont. Ses fils Guillaume et Thomas III en deviennent propriétaires entre 1545 et 1581. Rivaux, les frères habitent chacun à une extrémité de l’hôtel où ils organisent néanmoins en commun de somptueuses fêtes. Au 18ième siècle, le bâtiment deviendra un ensemble de logements, il sera racheté par la ville en 1902 et classé monument historique en 1920. Il abrite alors le musée historique de la ville. Il est entièrement rénové de 1998 à 2008. Le résultat est fracassant de beauté. La vaste cour est à elle seule un joyau. Il contient deux musées et des jardins en hauteur.

Musée d’histoire de Lyon

30 salles reconstituent l’histoire de Lyon depuis l’Antiquité.

Son remarquable centre de documentation est accessible sur rendez-vous. Il conserve notamment des manuscrits des pièces de Guignol.

Musée des arts de la marionnette

Organisé autour de Guignol, il expose des marionnettes dans neuf salles.

Fournel Paul photo Sophie Bassouls
Paul Fournel © Sophie Bassouls/P.O.L

À ce sujet, lire notre portrait croisé de Laurent Mouguet, le père du théâtre de Guignol, et de Paul Fournel, l’auteur de Faire Guignol.

Jardin en hauteur du Musée Gadagne, un lieu romantique

Accessible sans billets aux musées, prendre l’ascenseur jusqu’au 4ième. On se retrouve dans le ciel. Des petites tables en terrasse. Du silence. Une pelouse et des rosiers. Un des lieux les plus romantiques de Lyon. On peut boire un verre, manger un repas léger.

Place du Change, le souffle de Soufflot

Arrivée Place du Change. C’est là que l’on changeait sa monnaie avant de quitter le royaume de France. Cette place est souvent très animée avec des spectacles vivants. C’est un des points d’entrée de Saint-Jean.

Temple du Change, par Soufflot

Le temple du Change, remanié par Soufflot en 1748, est un temple de culte protestant depuis 1803. Soufflot, inspiré par Andrea Palladio, lui-même inspiré des façades des temples romains, l’a doté d’une façade remarquable, classée. Deux horloges la couronnent, selon le vœu de Soufflot, qui avait imaginé une horloge « idéale » marquant jours, mois et années. En 1999, pour le passage du millénaire, son souhait a été réalisé à gauche du bâtiment, à la place d’une horloge disparue pendant la révolution.

Palais du Change, Vieux Lyon
Palais du Change, Vieux Lyon

Maison Thomassin

Vieux Lyon traboules - Maison Thomassin, place du Change
Maison Thomassin, place du Change, Vieux Lyon

Autre belle façade, celle gothique de la maison Thomassin, édifiée en 1493, qui conserve d’une première maison bâtie en 1298 un plafond peint à son premier étage.

Montez la rue de la Loge à droite du Palais du Change, prenez en haut la rue de la Juiverie.

Rue Juiverie

Avant d’entrer dans la rue, vous pouvez gravir les premières marches de la montée du Change pour découvrir l’escalier Renaissance de la maison Henri IV.

Presque toutes les façades de la rue  sont intéressantes : fenêtres à meneaux, gargouilles vraies ou factices ajoutées par les habitants. Plusieurs ateliers de troupes de théâtre.

Un restaurateur d’horloges au n°20, l’Horloger de Saint-Paul, comme dans le film de Bertrand Tavernier, tourné dans ce quartier. Un bel atelier de sculptures au n°15.

Galerie Philibert Delorme

Enfin, au n°8 de la rue Juiverie, un des MUST de notre visite : la galerie Philibert Delorme. Une plaque dans la cour explique sa construction par le jeune architecte rentrant alors d’Italie. Une merveille de légèreté et de symbolisme qui unit deux maisons.

Cour Philibert Delorme, Vieux Lyon
Cour Philibert Delorme, Vieux Lyon

Place Saint-Paul

On arrive Place Saint-Paul, centre de ce quartier qui avec Saint-Georges et Saint-Jean constitue le Vieux Lyon. On continue jusqu’à l’église Saint-Paul, magnifiquement restaurée, dedans comme dehors. Elle côtoie une place tranquille, à l’écart du barouf touristique de Saint-Jean, la place Gerson avec un café-théâtre caractéristique du Vieux-Lyon et de l’esprit des cafés-théâtre à leur démarrage dans les années 70 sur les pentes de la Croix-Rousse.

Place Saint-Paul, Vieux Lyon
Place Saint-Paul, Vieux Lyon

Vous pouvez revenir sur vos pas tranquillement jusqu’à la cathédrale, profitez du plaisir de découvrir ce qui vous avait échappé.

Vous pouvez aussi continuer par la visite des murs peints en prenant la passerelle Saint Vincent en direction de la fresque des Lyonnais. Cet itinéraire vous ramènera place du Change, vers le mur de la Cour des Loges : consultez notre circuit.

Notre partenaire « Lyon Historique » propose 3 fiches sur l’histoire du quartier.

Bonne visite.

67 comments on “Vieux Lyon, visiter les traboules et les cours Renaissance”

  1. Merci à Alexandre pour la visite des Traboules du vieux Lyon. Toute la famille était enchantée. N’hésitez pas à le faire!

  2. Super journée sous un superbe soleil de février! Nous avons suivi l’itinéraire à la lettre, et n’avons trouvé que très peu de portes fermées, peut-être 2 ou 3. Merci de nous avoir si bien guidés pour nous faire découvrir toutes ces petites merveilles cachées!!! Nous avons fait la visite dans la matinée ( environ 10h à midi), il n’y avait pas trop de monde. Nous nous sommes restaurés dans un petit bouchon avant la montée vers Fourvière à pieds avec un arrêt au Lugdunum où nous avons profité d’une belle vue sur Lyon. Après la visite de la basilique où nous n’étions pas seul, nous avons essayé de nous faufiler dans le mur humain qui bordait la terrasse pour profiter encore une fois du magnifique panorama sur Lyon… difficile! Descente par la Ficelle pas trop bondée. Par contre en bas la queue pour monter par ce funiculaire était impressionnante! Nous voulions flâner encore une heure dans les rues, …. Nous sommes allés jusqu’à la Marquise acheter quelques pâtisseries, et nous avons quitté cette foule où nous étouffions! Demain vous nous guidera sur les pentes de la Croix Rousse. Encore un grand merci.-

  3. Vous nous l’apprenez Verex, c’est une triste nouvelle. J’ai encore fait des photos hier, quand il y avait du soleil.

  4. Fini la tour rose/ maison crible en visite libre. Elle sera ferme par propriétaire qui s’en fout de ce qu’elle a devenu comme un symbole même du Vieux Lyon; on va la fermé au publique, que pour nous. Si tout sera fermé, les touristes trouveront autres endroits, autres villes, y a pas que Vieux Lyon.

  5. Toutes les traboules de l’itinéraire sont inaccessibles, fermées…. dommage.
    Par contre lintineraire des fresques était top !!

  6. certaine traboules sont très mal entretenues ,sales comme la n°16. La 19 est jolie et la 27 l’immeuble vient d’être refait donc pour l’instant c’est propre! Je ne félicite pas la ville de LYON pour les toilettes publiques place Chardon net,car nous avons vraiment l’impression d’un retour dans le passé de 50 ANS au moins au niveau de l’hygiène!!!! DÉSASTREUX en 2017

  7. Visite à 4 guidée par Alexandre. Visite vivante,très documentée,rien à voir avec une visite récitée
    Un bon temps de partage intégrant des comparaison avec d’autres règions françaises.
    En plus ce garçon est sympathique,que demander de mieux….
    Alexandre un guide *****
    Nous le reprendrons pour un autre circuit à Lyon
    Visite effectuée le 29 novembre

  8. Pourquoi pas si vous ne le publiez pas sur le web. Il a été ôté parce que des sites web le republiaient sans demander autorisation ni citation, voire même des sites commerciaux sans proposer de contrepartie.

  9. Bonjour,
    Le PDF n’est plus disponible au téléchargement, mais est-il possible de l’obtenir sur cette adresse mail 🙂
    Par avance merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *