Programme fête des lumières 2018 + parcours de visite

Du 6 au 9 décembre. Horaires :b

  • Jeudi et dimanche : 19h à 23h
  • Vendredi et samedi : 20h à minuit

Savoureuse, ludique, enchanteresse, s’annonce cette nouvelle opus de la fête des lumières. Oui, donnons le genre féminin à opus ! Des surprises excitantes nous attendent avec des signatures artistiques ébouriffantes des précédentes fêtes. Notamment une création onirique et fantastique Parc de la Tête d’Or, de Marie-Jeanne Gauthé et Géraud Périole et, place Bellecour, avec les Anooki qui nous avaient dévoré le ventre de bonheur en 2014 sur les façades de l’Opéra.

Les Anookis seront en taille Bibendum à Bellecour, après l’Opéra en 2014 et la gare Saint-Paul en 2012.

Ce qui suit est une sélection des principales animations parmi les 80 créations de la fête 2018, le programme complet sera disponible au format papier dans les guérites situées un peu partout ainsi que distribué par des médiateurs en Segway.

Parcours de visite conseillé : 4 km de féerie

Parcours complet : partir du Parc de la Tête d’Or (métro A station Masséna, 5mn à pied) jusqu’à Cathédrale Saint-Jean

Parcours plus raisonnable : partir au démarrage des illuminations de la Cathédrale Saint-Jean pour éviter l’attente, jusqu’à place Louis Pradel et +

Infos pratiques transports en commun : à la fin de cet article

Visites guidées : c’est par ici

Parc de la Tête d’Or, « Présages », Marie-Jeanne Gauthé et Géraud Périole, promeneurs d’oiseaux

Oui, je me souviens de chaque animation fête des lumières au Parc de la Tête d’Or. Particulièrement en 2010, avec la compagnie Carabosse et sa sarabande de vraies flammes, notre coup de cœur 2010 n°3. Et les lanternes chinoises de Chinese Corner en 2013. Les libellules baleines de Coup de cœur du Jardin d’hiver de Christophe Martine (voir ci-dessous son animation rue de la République). Les allées, les arbres, le lac, le statuaire se prêtent merveilleusement à des animations amples mêlant le fantastiques, le rêve, le végétal, la terre, l’eau, le feu.

Cette année, Marie-Jeanne Gauthé et Géraud Périole, des habitués de la fête, ont imaginé un spectacle vivant, comme au théâtre, avec des promeneurs d’oiseaux qui animeront dans le ciel du parc des volatiles à la Cocteau, parmi les lucioles dans les branches. Un magicien jaillira des eaux du lac. A priori l’une des animations les plus excitantes de cette fête 2018.

Comment aller au Parc ?

À pied : partir d’Opéra, traverser le Rhône et prendre la promenade en bas au bord du fleuve jusqu’au Parc. Environ 1/4 d’heure à 20 minutes.

En métro : Ligne A, arrêt Masséna et prendre rue de la Tête d’Or. Environ 5mn à pied.

À vélo’v : risqué car les stations autour d’Opéra seront pleines à votre retour, voire pour certaines neutralisées pour sécurité.

Fête des lumières Lyon 2018, Parc de la Tête d'Or, « Présages », Marie-Jeanne Gauthé et Géraud Périole (simulation)
Parc de la Tête d’Or, « Présages », Marie-Jeanne Gauthé et Géraud Périole (simulation)

Place Louis Pradel, « Abyss », Nicolas Paolozzi

Le flipper sur le théâtre des Célestins (coup de cœur 2011 n°3) avait démontré qu’une animation interactive où les spectateurs prenaient les commandes pouvait avoir un fort potentiel ludique. C’est un souvenir fort des fêtes passées. Nicolas Paolozzi va nous plonger dans un système du même tonneau (clin d’œil à l’Opéra voisin que les Lyonnais surnomment ainsi).

4 arches bioluminescentes, comme les lucioles, à la Nautilus, seront pilotées par nous, les lumino-spectateurs via deux bornes interactives.

Fête des lumières 2018, Place Louis Pradel, « Abyss », Nicolas Paolozzi
Place Louis Pradel, « Abyss », Nicolas Paolozzi (simulation)

Hôtel de Ville, « Tricolore » par Ralf Lottig

On pourra traverser de part en part l’Hôtel de ville. Sa cour sera mise en lumière avec un spectacle laser du studio Tarm Showlaser de Ralff Lottig.

Entrée devant l’Opéra par l’arrière de l’Hôtel de ville et sortie  place des Terreaux.

Place des Terreaux, « Pavillon » par Sébastien Lefèvre

Pas de grand spectacle cette année, pour raison de rénovation de la place. surtout des fontaines de Buren. Leur nombre sera sérieusement diminué et elles devraient jaillir à nouveau le 8 décembre 2019 pour accueillir la prochaine fête.

Sébastien Lefèvre posera donc cette année sur la place une structure maillée en forme de chapeau de fée, illuminée en musique. C’est lui qui avait en 2009 accroché un homme à la tour métallique de Fourvière.

Musée des Beaux-Arts, « Keys of Light » par Mr.Beam

Un piano dans le jardin du musée, comme notre méga coup de cœur 2016 place Sathonay avec le piano de Jean-Luc Hervé sous la neige. Or donc, cette année, c’est un studio hollandais, Mr.Beam, qui s’y colle. Son piano-robot anthropocentré déclenchera des vagues de lumière sur la sublime statuaire du jardin du Musée des Beaux-Arts. Au passage, si vous ne connaissez pas encore le cloître de cet ancien couvent royal des Bénédictines, revenez en journée, c’est une merveille.

Conseil : la jauge de ce cloître étant bien inférieur à l’énorme foule du samedi soir, il sera sans doute prudent de commencer la visite ici ou de venir en 2ième soirée, idéalement dimanche, le soir des Lyonnais.es.

Musée des Beaux-Arts, « Les amours en cage » par Mr.Beam
Musée des Beaux-Arts, « Les amours en cage » par Mr.Beam (simulation)

Rue de la République, « Les amours en cage » par Christophe Martine

Connaissez-vous cette plante au calice en forme de cage membraneuse nommée au choix groseille du cap, coqueret ou amour-en-cage ? Christophe Martine qui a fait beaucoup de parapente depuis son premier vol à l’âge de 12 ans s’est passionné pour le thème de l’éolien et a fabriqué des objets en rapport. En 2014, il a été l’un de nos coups de cœur avec son animation Jardin d’hiver au Parc de la Tête d’Or.

250 amours-en-cage seront installés dans le ciel de la rue de la République, changeant de couleur au gré du vent et selon leur position du nord au sud, de l’orange au bleu.

Les animations rue de la République ont souvent remporté l’adhésion du public. Et elles sont extrêmement photogéniques. Passez par la rue de la Ré, comme la surnomme les Lyonnais.

Fête des lumières 2018, Lyon, Rue de la République, « Les amours en cage » par Christophe Martine
Rue de la République, « Les amours en cage » par Christophe Martine (simulation)

République Grolée-Carnot, « Tisseur de vœux » par Jaffa Lam

C’est une arche à trois pieds revêtue de dentelles collectées auprès de Notre-Dame des sans abris. Les vœux recueillis à la même occasion sont affichés dessous.

Place de la République, « Big tree » par Jacques Rival

Ténor de la fête des lumières, Jacques Rival (la boule de neige place Bellecour en 2008 et l’extraordinaire pendule en 2017 qui habillait la fontaine des Jacobins l’an dernier) va installer un arbre gigantesque en apesanteur au-dessus du bassin de la place de la République, comme le ballon dans Les Aventures du baron de Münchausen. Animé lumineusement au rythme de la musique, l’arbre se reflètera dans l’eau. À ne pas rater, vu la réputation de Jacques Rival, même si le visuel du dossier de presse est à moitié convaincant.

Place de la République, « Big tree » par Jacques Rival
Place de la République, « Big tree » par Jacques Rival

Voir nos coups de cœur pour Jacques Rival

Fontaine des Jacobins, « You and the night », David Udovtsch

Lourd défi de succéder à la pendule lumineuse sous cloche de Jacques Rival, notre coup de cœur n°4 en 2017, et à la fontaine d’étoiles de Patrice Warrener, l’un de nos coups de cœur 2016. Mais David Udovtsch est un prestidigitateur, un vrai, qui fait apparaître des colombes et des lapins au bout de ses doigts, en plus d’être régisseur lumière. Et fasciné par les aurores boréales. Il nous invite donc à une œuvre contemplative,  où il joue avec les verts et les mauves, les étoiles, une pinceau de phare sur cette pure merveille de pierre et d’eau qu’est cette fontaine des Jacobins fraîchement restaurée.

Fontaine des Jacobins, Lyon, animation fête des lumières 2018 de David Udovtsch (simulation)
Fontaine des Jacobins, 2018, David Udovtsch (simulation)

Théâtre des Célestins, « Cells » par Helen Eastwood et Laurent Brun

Les façades classiques vous font-elles jubiler ? Alors allez au théâtre des Célestins, ce bijou dans l’harmonieuse place des Célestins, fleurie de magnolias au printemps. On y a des souvenirs merveilleux, en 2010, 2011. Son merveilleux fronton symétrique sera mis en lumière par le couple Helen Eastwood et Laurent Brun, qui anime aussi la place Antonin Poncet (voir plus bas). À ne pas rater entre Jacobins et Bellecour.

Théâtre des Célestins, « Cells » par Helen Eastwood et Laurent Brun
Théâtre des Célestins, « Cells » par Helen Eastwood et Laurent Brun (simulation)

Place Bellecour — Dialogue entre Louis XIV et « Les Anooki » devenus Bibendum de Moetu Batlle et David Passegan

Ils ont dansé gare Saint-Paul en 2012,
ils ont galopé sur l’Opéra en 2014,
les voici en 2018 prenant leurs aises sur la « Bella Curtis », l’immense place Bellecour,
en 2020 seront-ils perchés sur les quatre tours de la basilique de Fourvière ?

"Une petite place pour de grands rêves", Les Anookis de Moetu Batlle et David Passegand place Bellecour
« Une petite place pour de grands rêves », Les Anookis de Moetu Batlle et David Passegand place Bellecour, sur le bâtiment OnlyLyon, face à la librairie Decître (pour l’instant encore, un rachat par le Furet du nord serait en cours) et la statue de Saint-Exupéry et du Petit Prince  (simulation)

Les Anookis sont des personnages d’animation, des Inuits du grand nord, là où fond la banquise, c’est peut-être pour cela qu’ils sont animés de ce désir impérieux de vie, de chorégraphie, de pirouettes et d’entrechats latino-asiatiques, toujours pinces sans rire, avec ce léger décalage à la Tati entre leur comportement et leurs émotions, toujours surpris par la joie, comme un moteur qui démarre et démarre et redémarre. Rendez-vous place Bellecour ! Oui, je ne vous ai pas dit, vous verrez nos amis Anookis de loin, leurs créateurs, Moetu Batlle et David Passegand, du studio graphique lyonnais Inook, leur ont donné une hauteur de 20 mètres !

Voir tous nos articles sur les Anookis.

Place Antonin Poncet — « Wish blow », Helen Eastwood et Laurent Brun

L’illumination de la cathédrale Saint-Jean en 2017, ce sont eux, notre coup de cœur n°2 l’an dernier. Un chatoiement de saphirs, d’émeraudes, de topazes, de rubis. Il faut dire que Helen Eastwood a été créatrice de bijoux. Cette année, ils installeront sur cette belle place Antonin Poncert, ouverte sur le Rhône et Bellecour des dizaines de bulles que les spectateurs illumineront de leur souffle… Il faut dire aussi que Laurent Brun a été créateur de jeu vidéo, il aime l’interaction. Souffler pour un vœu, pour quitter la ville et retourner dans l’onirisme, dans l’enfance bulle de savons à la Souchon et la Sheller. Il faut dire enfin que derrière ces bulles, il y aura la silhouette de la grand roue, la tour de la Charité et la basilique de Fourvière. Tous, tous, nous aurons un mille feuilles lumières dans les yeux.

Place Antonin Poncet, Wish blow par Helen Eastwood et Laurent Brun (simulation)

Colline de Fourvière depuis les quais de Saône, « Reflets » par Damien Fontaine

Je vous avouerai qu’ouvrant le dossier de presse de cette fête, j’ai reçu un coup au ventre en découvrant le visuel de ce projet « Reflets ». Damien Fontaine est l’un des grands magiciens de la fête des lumières.  Notre coup de cœur n°5 en 2013, place des Terreaux. Sur la cathédrale Saint-Jean en 2009 et en 2012 (coup de cœur 2012 n°3). On ira donc le voir les yeux fermés quais de Saône et on les ouvrira face à un spectacle en panorama et technicolor. En dégustant une gaufre ou un vin chaud, car les quais accueillent de nombreuses échoppes de street food.

Fête des lumières Lyon 2018, colline de Fourvière depuis les quais de Saône, « Reflets » par Damien Fontaine
Colline de Fourvière depuis les quais de Saône, « Reflets » par Damien Fontaine ‘simulation)

Cathédrale Saint Jean — « Pigments de lumière » par Carole Purnelle et Nuno Maya

Clou de chaque fête des lumières avec son immensimissime façade minérale blanche et une programmation artistique à sa hauteur, la cathédrale est in-con-tou-na-ble dans votre parcours. Avec cette année, un projet peu courant, a priori très contemplatif. Les deux artistes, Carole Purnelle et Nuno Maya, ont mélangé fleurs, pigments et eau pour composer des tableaux abstraits évoquant nature, fleurs et histoire de la rose à Lyon, dans un tournoiement de couleurs et de parfums… non, hélas, pas encore de parfums, Steve Jobs avant de partir dans le grand au-delà n’a pas inventé d’iNose.

Cathédrale Saint Jean, 2018 — « Pigments de lumière » par Carole Purnelle et Nuno Maya (simulation)

À savoir : animation régulée pour raisons de sécurité. Arrivée obligatoire par le pont Bonaparte ou le métro Vieux Lyon puis les rues Jean Carries et Tramassac en haut de la place Saint-Jean, vers la MJC. Sortie par le bas de la place.  Prévoir aux heures de pointe un quart d’heure d’attente.

Et aussi, en deuxième soirée, gare Saint-Paul, Odéon des théâtres romains

Gare Saint-Paul : Quantum, par Bernard Duguay & Anastasia Isachsen qui animeront trois danseurs sur la façade de la gare.

Odéon des théâtres romains : Le merveilleux Odéon des théâtres romains de Fourvière sera lui l’objet d’une passionnante mise en lumière et en musique. La partie lumière a été imaginée il y a 2 ans, pour les 30 ans de l’amitié entre Canton et Lyon, par le designer chinois, Mincong Huang. La partie musique est créée par la danseuse Zexuan Huang, fille de Mincong Huang, et par Clément Himbert.

Place Gabriel Rambaud : Lumières en soi(e) par Laurent Louyer.

Cour des Moirages : Frontier, par Encor Studio,  (en contrebas de la place du Griffon).

Place du Change : Cascades par Marion Chauvin et Adrien Bertrand.

Croisement rues Carnot et Grôlée : Tensegrity par Jean-Pierre David et Christian Thellier.

Antiquaille : les expérimentations étudiantes.

Visites guidées

Nous proposons des visites guidées avec 7 guides conférenciers durant les 4 jours de la fête.

Informations pratiques

Évitez samedi soir si vous pouvez, la foule sera énorme. Préférez jeudi. Dimanche est une soirée adorable, la majorité des visiteurs repartie.

Déplacez-vous en métro et tramway.

Samedi 8 décembre : gratuit à partir de 16H

Les autres soirs, un ticket à 3€ pour toute la soirée.

Belle fête des lumières, suivez-nous sur Instagram et Facebook.


Images : Droits Réservés à la Ville de Lyon, aux concepteurs et producteurs des œuvres pour l’ensemble des visuels présentés dans cet article.

12 comments on “Programme fête des lumières 2018 + parcours de visite”

  1. We are a 10 people group from Portugal, who will be in Lyon since 6 to 9 december to photograph la fête des lumiéres. We want to know if is possible to enter with tripoid and schollbag with the lens? The acess to the event is paid?
    Thank you in advance.
    Cristina

  2. Ça donne envie cette fete des lumieres guidée .vous recommandez jeudi et dimanche.a la retraite il me faudrait 1 nuit sur place (genre ibis budget)+train mais reste que places cheres.
    Un devis et je viens le jeudi ou le dimanche…

  3. Bonjour,
    Tout d’abord merci pour vos conseils d’itinéraire.
    Y aura-t’il une possibilité d’obtenir un plan ou un document permettant d’avoir les renseignements qui figurent dans cette présentation ?
    Si on vient en voiture, quelles sont les possibilités de parking avec trajet inclus en transport en commun ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

  4. Bonjour
    Nous venons à la fête des lumières le samedi 8 et nous aimerions savoir où l’on peut se garer en arrivant de Clermont-Ferrand
    Y a t il des parkings relais
    Merci
    B vollet

  5. @Nicole : justement, Nicole, cet article est notre sélection des « meilleures » animations… Enfin, de celles qui sur le papier et d’après notre expérience des années antérieures nous paraissent les plus excitantes… Mais franchement, entre nous, allez-y, vous serez bluffée. Fontaine des Jacobins, place Antonin Poncet, sur les quais de Saône, au jardin du Musée des Beaux-Arts, c’est tellement subjectif. Belle fête des lumières à vous et votre mari, Nicole.

  6. Bonjour
    Je voudrai aller avec mon mari à la fête des lumières
    Pouvez-vous me dire les meilleurs sites à voir, nous comptons passer 4 à 5 jours à Lyon
    On aimerait louer les services d un guide pour voir les meilleures illuminations. Pouvez-vous me conseiller soi un guide où une personne de Lyon, qu y nous aidera dans le.dedale des déplacements
    Merci
    Cordialement
    Nicole

  7. Merci Paul de votre lecture. Attention, ce n’est pas le programme complet mais une sélection, il y a en tout 80 animations !
    Mes réponses à vos 2 questions :
    1/ Non, il n’est pas possible de tout voir en un soir.
    2/ Nos visites guidées du Vieux Lyon et de Croix-Rousse en journée seulement durent une heure et demi : https://www.lyon-visite.info/visites-guidees-fete-des-lumieres-reservation/Maintenant, par rapport à vos interrogations, il est évident que les attentats de 2015 ont obligé la municipalité avec la préfecture à contraindre la fête dans un périmètre sécurisé. Il (me) semble difficile actuellement pour ces raisons d’étaler la fête sur toute la ville comme cela a pu être fait avant 2015, mais je ne suis pas un spécialiste.
    Confluences a fait l’objet d’au moins une mise en lumière, en 2014. Le spectacle dans l’Hôtel de région était particulièrement réussi. Sainte Blandine avait reçu aussi en 2014 une animation appelée Palm Beach qui avait enthousiasmé l’un de nos lecteurs.
    Je m’attendais à quelque chose à Hôtel-Dieu, mais rien. Je garde une telle joie des créations d’Alain Benini ! Revenez Alain !

  8. Comme d’habitude, merci pour votre proposition d’itinéraire !!
    Je comprend évidemment que le périmètre soit réduit par-rapport à quelques années, nous en savons tous (hélas!) les raisons. Je trouve quand même dommage qu’il n’y ait rien sur les pentes de la Cx-Rousse, ni en-dessous de Bellecour sur la Presqu’île. J’ai toujours trouvé que Confluence avait un potentiel de sites (le musée, la marina, les jardins aquatiques, l’hôtel de région, ou même l’église Sainte-Blandine) pas toujours exploités.
    En revanche, j’attends comme vous avec impatience ce qui sera proposé sur le Parc de la Tête d’Or (il y a de quoi faire quelque chose de féérique. Idem pour le musée des Bx-Arts (un lieu avec musique, ça me rappelle l’orgue de barbarie automatique à l’Hôtel-Dieu il y a quelques années), voire les Anooki (Bellecour, c’est toujours une gageure, mais quand c’est réussi, c’est génial).

    Juste 2 questions :
    1) Pensez-vous qu’il est possible de tout voir en 1 soirée ? Je pensais (histoire de prendre mon temps et de ne pas être stressé) revenir 2 fois.
    2) Combien de temps durent (à peu près) vos visites guidées ?

    Merci encore pour vos itinéraires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *