Programme fête des lumières 2021 : notre sélection et notre circuit conseillé

Horaires

du mercredi 8 au samedi 11 décembre

  • mercredi 8 et jeudi 9 : 19h à 23h (beaucoup moins d’affluence ces 2 jours)
  • vendredi 10 et samedi 11 : 20h à minuit

Nos visites guidées pendant la fête

Nombreuses visites guidées Traboules Vieux Lyon et Croix-Rousse du mercredi 8 au dimanche 12 de 9h à 16h : Réservez ici vos visites guidées

Visites accompagnées de la fête : adressez-nous votre demande ici

Fête des lumières 2021 : retour à la normale et investissement des 2 grands parcs de la ville

La fête des lumières aura lieu normalement cette année, après sa quasi annulation de 2020. Oui, la fête aura bien lieu ! Ce sera le plus grand événement public gratuit du pays. La fête 2021 fera aussi place à 19 nouveaux artistes parmi les éblouissantes animations « classiques » des grands lieux historiques de la ville.

L’originalité la plus excitante de cette fête 2021 sera d’investir les 2 grands parcs de la ville. L’immense et ténébreux Parc de la Tête d’Or avec 3 animations oniriques. Le Parc Blandan, au carrefour des 3e, 7e et 8e arrondissements avec une fête foraine. Premier pas de la nouvelle municipalité (verte) pour tenir sa promesse d’une fête des lumières plus accessible et ouverte à tous les habitants. Et de la décorseter de l’enclos où les attentats de 20215 l’ont enserrée.

Dans cette longue page, nous allons vous donner :

  • la liste détaillée des animations les plus fortes et à ne pas rater,
  • l’itinéraire d’un parcours de visite optimal en une (ou 2) soirée(s).

Circuit de visite conseillé et nos coups de cœur terrain

En 1 soirée : de la cathédrale Saint-Jean à la place des Terreaux. Si vous avez le temps, mais cela paraît juste, jusqu’au Parc de la Tête d’Or.

En 2 soirées : 1/ Parc de la Tête d’Or à la place de la République — 2/ Bellecour à Vieux Lyon

Recevez nos COUPS DE CŒUR 2021 et notre REPORTAGE TERRAIN dès jeudi 9

Préparez encore mieux votre visite de la fête ! Recevez le jeudi 9 décembre notre reportage du 1er soir de la fête avec nos coups de cœur. Inscrivez-vous ici :

Circuit de visite fête des lumières 2021

Voici en Google Maps les principales animations et les itinéraires de visite que nous vous conseillons :

1 – Parc de la Tête d’Or, trois animations poétiques aux miroirs du lac et de la canopée

Trois animations ! Cela vaut le déplacement jusqu’au parc. Un gigantesque serpent dans le lac, des centaines de lumières dans la canopée, une pluie de ricochets devant l’île du souvenir.

L’onirisme et l’atmosphère envoûtante de ce lieu la nuit, ses immenses arbres, le miroir de son lac, autant d’atouts qui justifient amplement cette extension de la fête des lumières à cette nouvelle dimension.

La créature du lac

Artiste : Nicolas Paolozzi

Une grande bête à la « Loch Ness » de 70 mètres de long émerge du lac et vient à la rencontre du public arrivant par la fameuse Porte des Enfants du Rhône.

Vegetal’lum

Artiste : Erik Barray

Des nids, des vanneries en osier, d’autres objets quelques peu Harry Potteriens pulsent de douces variations dans les branches des arbres, parmi les allées du Parc. Un spectacle et surtout une déambulation qui s’annonce fort poétique, contemplative. De la sérénité.

Vegetal’lum, Erik Barray

Ricochets, par Jérôme Donna et la Direction de l’Éclairage Urbain de la Ville de Lyon

Artiste : Jérôme Donna

C’est un souvenir d’enfance, raconte Jérôme Donna, qui lui a inspiré cette animation qui s’étendra sur 150 mètres de largeur. A la fois horizontalement sur le tain noir de l’eau du lac et verticalement sur les arbres de l’île du Souvenir. Des centaines d’anneaux parcourus d’ondulations lumineuses dessineront dans la nuit une pluie de ricochets.

On connaît bien Jérôme Donna, il nous a déjà enchanté avec son équipe de la Direction de l’Eclairage Urbain de la Ville de Lyon en 2012 avec des Poissons nageant sous les Voûtes de Perrache.

Ricochets, une animation à ne pas rater !

2 – Berges du Rhône (entre pont Morand et Parc Tête d’Or) — Carpe(s) diem

Artiste : Cédric le Borgne

Les carpes ! Ces grands poissons plein d’écailles, d’arêtes, au goût de vase. Il vaut mieux les contempler quand elles nagent que les mettre dans son assiette, même accompagnées de crème, comme on les cuisinait dans la France d’avant Grand Frais et Toupargel. Il vaut bien mieux qu’elles continuent leurs tranquilles déambulations dans les eaux profondes des étangs et des lacs et dans nos imaginaires, symbolisant le calme, la paix, la sérénité, le temps qui passe et les années. Vous marcherez vers le Parc de la Tête d’Or en leurs silencieuses et reposantes compagnies, au-dessus de vos têtes. Derrière la beauté de leurs ballets dans cette fête des lumières, le propos de Cédric le Borgne, l’artiste qui les a imaginées, est de parler du danger qui menace le vivant sur cette planète. Cédric le Borgne réinstalle souvent le règne animal sous cette forme dans l’espace de la ville. Visitez son travail de création artistique sur Instagram @cedricleborgne.art ou sur son site web cedricleborgne.com C’est tout simplement puissant.

La rivière (simulation), œuvre de Cédric le Borgne sur les Berges du Rhône entre le pont Morand et le parc de la Tête d’Or

3 – Place Louis Pradel — renaissances du grand oiseau de feu

Artiste : Julien Menzel

Des nombreux oiseaux sont en voie de disparition. Reviendront-ils ? C’est ce que « Phénix », l’optimiste titre de cette œuvre laisse entendre… qu’ils pourraient renaître de leurs cendres sous forme d’oisillons et vivre à nouveau des milliers d’année. En tout cas, l’œuvre imaginée par Julien Menzel joue avec le temps et le mouvement, la poésie et la méditation. Et avec l’espace ! Gigantesque : 15 mètres sur 10.

Phénix (simulation) par Julien Menzel

4 – Place des Terreaux — Le Lapin dans la Lune

Artistes : Renato González-Gutierrez et Sarah Matry-Guerre

Il y a ce couplet d’un merveilleux baladin :

Le lièvre, un beau jour, très loin s’en alla
Et sur la Lune, il bâtit son toit
Il court depuis, là-bas sans inquiétudes,
Là-haut dans une ride de la Lune
Dieu sait qui me le raconta

Angelo Branduardi, Les rides de la Lune

Il y a un conte aztèque raconte qu’il y a un lapin qui vit sur la Lune. C’est donc une équipe mexicaine qui anime l’immense façade du Musée des Beaux-Arts, place des Terreaux, ainsi que celle de l’Hôtel de Ville : Renato González-Gutierrez et Sarah Matry-Guerre. C’est une parabole sur la capacité de pouvoir donner aux autres.

Avec la Cathédrale Saint-Jean, la place des Terreaux, est l’un des principaux lieux de la fête des lumières chaque année. À voir absolument.

ENTRÉE RÉGULÉE : C’est aussi avec la Cathédrale Saint-Jean une animation à entrée régulée pour éviter les mouvements de foule : il faut attendre qu’on vous laisse entrer à la fin de chaque replay de l’animation, environ toutes les 15 minutes.

Le lapin dans la Lune (simulation) (c) Renato González

5 – Jeune création à Sathonay, Martinière et Saint-Paul

Nous enchaînons maintenant 3 sites dédiés à des créations réalisées par des jeunes, parmi lesquelles et lesquels les artistes de demain.

Place Sathonay, 22 créas

Sur cette place, 22 animations crées par des étudiantes et étudiants en art, architecture et design. Elles ont été sélectionnées parmi des dizaines et des dizaines de travaux étudiants réalisés sur la fête des lumières en 2021, mais aussi en 2020, puisque les travaux sélectionnés l’an dernier n’ont pu être présentés.

Lycée Martinière, 13 arches

Dans l’ancien cloître des Augustins qui est dans l’enceinte du lycée de la Martinière, 13 arches lumineuses créées pas des étudiants de l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués sise dans ce lycée et de l’ENSATT. L’occasion de découvrir ce cloître pas si connu, que l’auteur de ces lignes n’a jamais visité.

Gare Saint Paul, cap au nord

La façade de la gare Saint Paul accueillera une animation issue des Rencontres Audiovisuelles des Hauts-de-France. Un format court en vidéo mapping dans la lignée des nouvelles formes d’écriture en vidéo architecture, qui mixera dépaysement, environnement, imaginaire.

6 – Quai Romain Rolland — Caténaire dans la canopée

Artistes : Cathy Olive et Nosfell

C’est des points de vue intellectuel et artistique la plus ambitieuse des créations de cette Fête des lumières 2021. Qui plus est dans un non lieu, le quai Romain Rolland, coincé entre colline et fleuve, couloir et silo à voitures, lieu de transit, de passage où pas grand chose ne se passe, hormis le marché de la création les dimanches et les agapes canaille-cochonailles au bouchon Le Comptoir Chabert. Ce n’est toutefois pas un hasard si l’artiste Caty Olive l’a choisi pour soumettre son projet lors de l’appel à projets artistique annuel de la Fête des lumières, plutôt que de s’installer sur la frontale façade de la proche gare Saint-Paul.

C’est cette situation charnière qui l’a attirée. Le fleuve, la colline, et entre, ces arbres aux troncs qui se pèlent comme des clémentines. Arbres plantés par la main humaine au cordeau. Arbres des villes, arbres mobiliers urbains. Mais cela ne marche pas ainsi, démontre-t-elle en inventant cette perche lumineuse qu’elle pose dans les branches de la canopée. Perche qui est une toise, une mesure, c’est ce que signifie le [AB] du titre quelque peu crypté de cette création « [AB] géométrie variable », segment entre A et B, mesure qui d’un coup d’œil montre ce qui est hors de l’alignement, du rectiligne, de l’urbanisme. Donc, de ce qui échappe toujours quand bien même on veut la dompter cette nature, la normaliser, lui créer des chartes et des espaces protégés.

Et en écho à ce débordement végétal, elle a demandé à Nosfell de remplir cette promenade de sa musique, sur l’idée d’une traversée dangereuse dans une forêt. Vous ne connaissez pas Nosfell ? C’est un musicien à l’imagination intacte, qui fait du monocycle avec les voix et les cordes, un pudique retenu, à l’élocution limpide, sans buée romantique ni ésotérique. Une découverte.

Ne ratez pas Caty Olive et Nosfell, ne ratez pas cette traversée des arbres du quai de Saône !

[AB] Géométries variables (simulation) par Caty Olive

7 – Bas de la colline de Fourvière — Travail sur vitrail

Artistes : Benjamin Nesme et Marc Sicard

Cette année, fin de la couverture lumineuse de toute la colline. Seule une petite partie en bas, entre le palais de justice et le chevet de la cathédrale est mis en lumière. Cependant cette animation est visible depuis l’autre berge, rive gauche de la Saône, appréciable dans son ensemble. Elle l’est aussi et c’est une nouveauté intéressante en passant au pied des immeubles sur lesquels elle est projetée.

De 1 millimètre à 1 mètre : une gravure sur vitrail zoomée par 1000

Benjamin Nesme et Marc Sicard sont les auteurs d’une scénographie lumineuse de Chartres en Lumières avec des diapositives de verre projetées durant deux ans sur les quais et les lavoirs de la ville. Technique qu’ils vont rejouer ici, à Lyon, pour cette fête des lumières 2021.

Le vitrailliste Benjamin Nesme grave sur des plaques noires de 15 centimètres de hauteur des motifs dessinés à la main par Marc Sicard. Le dessin est ensuite projeté avec un facteur de grossissement gigantesque. Un millimètre sur la plaque fait un mètre sur la façade. L’ensemble de ces plaques — que pour le coup on peut appeler « tableaux » — forme une fresque lumineuse de 70 mètres par 20.

Une inspiration très classique. Trop ?

Pour cette animation «Visions», ils se sont inspirés du symbolisme présent sur les monuments majeurs empilés de bas en haut de la colline de Fourvière, le Palais de Justice (surnommé les 24 colonnes), la Cathédrale Saint-Jean, la Basilique de Fourvière, ainsi que celui du fleuve à ses pieds. L’agneau, la balance de la justice…

Fête des lumières 2010, la colline de Fourvière

8 – Cathédrale Saint-Jean — Iris : marmoréennes interprétations de ce qui (se) passe dans l’œil et la rosace

Artistes : collectif AV EXTENDED

Il y a le dedans, il y a le dehors. Entre les deux, dans une maison, c’est la fenêtre qui laisse passer la lumière. Dans une église, c’est le vitrail. Dans la cathédrale Saint-Jean, la fameuse grande rosace. Et dans vous et moi, ou dans votre chien ou votre chat, ou chez cette mouche, c’est l’œil. Plus précisément, l’iris. C’est le titre du polyptique en 7 tableaux qui sera projeté sur la marmoréenne façade de la cathédrale.

Cette œuvre composée par AV EXTENDED, collectif de musiciens, de graphistes, d’architectes, d’ingénieurs, explore donc la matière, la texture, la corporalité de cette lumière qui nous permet d’observer le monde, de le recevoir en nous, joue de ses facettes, de ses spectres, de ses rayons, scanne les différents types de vision. Voit-on la réalité ?

Avec la place des Terreaux, l’animation sur la Cathédrale Saint-Jean est une des plus emblématiques. D’ailleurs, comme aux Terreaux, l’entrée sur la place Saint-Jean devant la cathédrale est régulée. Vous arrivez en suivant les flèches de circulation par la rue Jean Carries, pour attendre votre tour rue Tramassac que la place vidée de ses spectateurs toutes les 10 minutes laisse entrer les suivants. Aux heures de pointe, vous risquez d’attendre plusieurs tours. Vendredi et samedi, venez soit très tôt, soit très tard.

Iris (simulation) (c) AV EXTENDED

9 – Place Bellecour — Départ de transat

Artiste : Sébastien Lefebvre

350 voiles, 80 mètres de long, 20 mètres de haut, on se croirait à Saint Malo, pour le départ de la Route du Rhum !

Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hissez haut ! Santiano!
Si Dieu veut, toujours droit devant
Nous irons jusqu’à San Francisco

Ce sera un spectacle contemplatif sur l’immense place Bellecour, l’ancienne place d’armes, ou chevaucha La Belle Cordière, surnom de Louise Labbé, autrice de parmi les plus poèmes de langue française :

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J’ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m’est et trop molle et trop dure.
J’ai grands ennuis entremêlés de joie

Sébastien Lefebvre, l’artiste créateur de cette animation qu’il a intitulée « La voile », a déjà imaginé pour la fête des lumières une œuvre autour du vent. C’était il y a 11 ans, en 2010. Il s’agissait d’éoliennes installées berges du Rhône, nul n’avait protesté alors, ni Stéphane ni Xavier, mais depuis le vent a tourné ! Hissez haut ! Santiano ! Tiens bon la vague et tiens bon le vent…

La vague (simulation) par Sébastien Lefèvre

10 – Place Antonin Poncet — Tissage en transe

Artiste : Yasuhiro Chida

Une centaine de très long fils blancs couvre la place, et des moteurs les font danser, vibrer, remuer des reins dans une lumière bleu curaçao. Comme place Bellecour, c’est un spectacle contemplatif, poétique, souvent des plus beaux. Moins médiatique que sa voisine, la place Antonin Poncet a souvent accueilli des spectacles puissamment évocateurs. On ira le voir.

Aftereal (simulation) par Yasuhiro Chida

11 – Place des Célestins — igloo, igloo, il est des nôtres…

Artistes : Benjamin Petit et Marion Roche (LTBL)

Un dôme en forme d’igloo de 8 mètres de diamètre fabriqué avec des plaques triangulaires. Celles que l’on utilisait au tout début de la 3D et des jeux vidéos pour modeler des volumes. Ces plaques se jouxtent une à une, comme les cellules d’une ruche, et donc cela favorise les relations entre elles. Ces arêtes triangulaires sont parcourues d’influx lumineux dont l’intensité est commandée par des datas. In french, des données informatiques. Celles correspondant aux téléchargements pendant le confinement d’applications de télévidéo comme Zoom.

Son duo créateur explique dans le dossier de presse que « cette œuvre contemplative est une allégorie de ce que pourrait être un nouveau modèle social basé sur une coopération créative de tous les individus où le collectif prime sur l’individuel. » On peut aussi craindre que ce soit la métaphore naïve de ce fameux monde d’après, tel qu’il aurait pu être, irrigué de toutes ces belles idées que nous partagions via Zoom, confinés dans nos cellules. Des êtres humains triangulaires.

Synergetics (simulation) par Benjamin Petit et Marion Roche

12 – Place de la République, stroboscopes au carré

Artistes : Olivier Ratsi et Thomas Vaquié

56 cadres lumineux accrochés au-dessus du bassin place de la République alignés en 2 rangées. Le concept est rudimentaire, quasi brutal, nous verrons ce qu’Olivier Ratsi, plasticien réputé pour ses installations immersives jouant sur les perceptions, fait de ces dernières en chacune et chacun de nous.

13 – Rue de la République — ça plane et toïd pour moi

Artiste : Pitaya

Comme chaque fête des lumières, le ciel de la principale rue commerçante de Lyon, affectueusement surnommée rue de la Ré par les Lyonnaises et aussi les Lyonnais, sera décoré. Cette année, avec des planétoïdes conçus par Pitaya, un artiste familier de la fête des lumières. Ce sont des disques de métal fabriqués artisanalement, chacun étant donc unique. Ils contiennent des lampounettes LED qui cyclent avec douceur, comme Henri Salvador dans Un jardin d’hiver.

14 – Place de la Bourse

Création : Lightlab Creative et YO (son)

Comme une image vaut 1000 mots et qu’il est tard, presque minuit, la fête se termine bientôt, voici la simulation de « Vortex-1 » l’animation concoctée par une bande de jeunes designers et designeuses sous la férule éclairée du directeur de la photographie et designer Alexandre Lebrun. Pourquoi ce suffixe « -1 » accolé à « Vortex », nous le saurons peut-être devant ce tourbillon de formes lumineuses. Rappelons qu’un vortex est ce cône qui se forme dans notre lavabo ou notre baignoire quand nous ouvrons la bonde.

Vortex-1 (simulation) par Lightlab Creative

15 – Parc Blandan — La fête foraine aux enfants et aux familles

Horaires spécifiques : 18h à 22h — Transport en commun le plus proche : tramway T2 arrêt Garibaldi Berthelot

Voici une idée vraiment nouvelle à la fête des lumières, consacrer un espace aussi vaste que le permet un parc à des animations lumineuses à destination des enfants. Il y aura une dizaine de jeux, trampolines, Puissance 4, marelles et autres installations électroniques avec des animateurs pour organiser des jeux et de la restauration. Chouette idée.

Games of light (simulation) par le groupe LAPS

Bonne visite de la fête des lumières.

PS : Nos visites guidées des traboules Saint-Jean et Croix-Rousse sont ici : réservez vos places du jeudi 8 au dimanche 12 décembre.

14 comments on “Programme fête des lumières 2021 : notre sélection et notre circuit conseillé”

  1. Merci infiniment à Lyon visit pour la qualité de sa prestation. Nous avons choisi la visite de La Croix Rousse avec une formidable guide érudite passionnée et enthousiaste. Un merveilleux moment quasi indispensable pour connaître l’histoire de cette belle ville de Lyon. …nous reviendrons vers vous avec grand plaisir.

  2. àDeshayes : en presqu’ile les stations sont très proches. Elles sont également indiquées sur notre Google Maps.

  3. @Sylvie : 1er soir vous partez de Saint-Jean par exemple et le 2e du parc de la tête d’or.

  4. @Isabelle : consulez notre Google Maps sur le site. Ils sont indiqués avec des petits panneaux.

  5. Pouvez vous me dire en partant de Bellecour les monuments illuminés
    Jusqu’à Fourvière place des Célestins p’ace des Terreaux cathédrale st Jean place de la République et me dire le circuit de ce choix
    Merci

  6. Bonjour,
    Si l’on veut suivre votre conseil de visite en 2 fois, je n’arrive pas à trouver le parcours qui va de Belle Cour au vieux Lyon, car je ne vois pas où se trouve le Vieux Lyon..
    Merci pour votre retour.

  7. Pour nous qui venons de Paris et ne connaissons pas Lyon, vos indications nous serons très précieuses pour visiter les sites.
    Y a t-il une carte avec les transports en commun proche des lieux d’exposition ?
    Merci encore pour tout le travail réalisé.

  8. @Patrick : ça dépend… beaucoup d’animations bouclent. D’autres sont infinies, celles-ci plus rares sont signalées dans notre présentation.

  9. @Bourgeois
    Les horaires sont identiques pour tous les lieux.
    Mercredi et jeudi : 19h-23h.
    Vendredi et samedi : 20h-minuit.
    La presqu’île est fermée aux voitures.
    Je vous conseille de venir en métro si vous pouvez, il circule plus tard. Mercredi il est gratuit. Les autres soirs, vous achetez un seul ticket à 3,20€.

  10. Bonjour,
    Il n’y a pas d’horaire pour chaque lieu pour le début de la fête des lumiéres.
    J’aimerais me rendre ver le parc de la tête d’or ou puis je stationner en voiture?
    Merci

  11. Merci pour la carte et le boulot que cela représente, une petite précision il y a t’il des horaires particuliers pour chacune des attractions ou une boucle tout les 10mn ? il y a t’il une application à télécharger sur les téléphones pour les commentaires, ou des explications, un peu de technique pour ceux qui aiment le vidéo mapping ? visiter l’arrière du décor la conception, les logiciels utilisées le matériel de projection ?

  12. merci pour votre publication qui va guider nos pas vers les sites les plus recommandés . Cordialement, georges

  13. Merci , pour préparer le voyage ,c est vraiment bien fait ,on a hâte d y être !!! merci .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.