900 ans d’histoire et hasard des Lazare : anniversaire de la cathédrale d’Autun

À la Noël 1119, le pape Calixte II est de passage à Autun. Louis VI, surnommé Louis le Gros, est roi de France. Henri V, roi de Germanie et d’Italie, dirige le  Saint-Empire Romain, dont la frontière passe alors vers Dôle, à une centaine de kilomètres. 7 papes se sont succédés en 20 ans à Rome, certains n’ont même pas eu le temps de choisir un nom de règne. Pascal II qui avait pourtant soutenu Henri V dans son accession à la tête du Saint-Empire est emprisonné par celui-ci qui l’oblige à le couronner empereur. Pas simple, comme on dit aujourd’hui.

Cathédrale d’Autun au début de sa restauration en 2003 — Photo Gilles Bertin

Le 25 décembre 1119, Calixte II célèbre donc une messe à Autun et lance les travaux de la future cathédrale d’Autun. But de l’édifice, abriter les reliques de Saint Lazare d’Aix, reliques arrivées depuis Marseille au siècle précédent, pour réaffirmer la place d’Autun sur les routes des pèlerinages, réseau a son importance alors en terme économique et de soft power.

Le glissement du Lazare biblique par voie d’eau

Mais il y a a maldonne sur ce Lazare. Une histoire de translation qui vaut le coup d’être contée. Ce Lazare dont on a les reliques à Autun, on le prend pour un autre Lazare. Lazare de Béthanie, frère de Marthe et Marie. Lesquels, dans la tradition provençale, débarqueront aux Saintes–Maries–de–la–Mer. Jésus aurait ressuscité Lazare :

Jésus dit : « Ôtez la pierre. » Marthe, la soeur du mort, lui dit : « Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu’il est là. »
Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit : « Père, je te rends grâces de ce que tu m’as exaucé. Pour moi, je savais que tu m’exauces toujours ; mais j’ai parlé à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé ». Ayant dit cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, sors ! » Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d’un linge.

Jean 11 : 39 à 44
Le fameux tympan de la Cathédrale d’Autun — Photo Gilles Bertin

On révère alors ce Lazare et ces sœurs et on croit que les reliques d’Autun sont les siennes. Il s’agit en fait de celles du premier évêque d’Aix, Saint Lazare d’Aix, nommé en 408 par l’empereur Constantin III pour s’appuyer sur la religion catholique, mais dont la désignation provoque des bains de sang à Aix. La population le chasse et il est excommunié par Rome. Curieusement, il fait le voyage inverse de Lazare de Béthanie en allant lui s’installer en Palestine. Son histoire aurait donc été recouverte et son corps en quelque sorte récupéré dans l’esprit des croyants du Moyen-Âge par la figure de Lazare de Béthanie.

Le Christ en majesté, figure centrale du tympan de la cathédrale d’Autun, merveille de la sculpture romane par Gislebertus — Photo Gilles Bertin

L’intéressant de ce mélange de légende, d’histoire et d’adoration populaire est la beauté de ce lien par voie d’eau entre Palestine, Marseille, Autun. Entre premier et douzième siècle. Voire même si l’on file plus loin cette histoire d’eau, jusqu’à l’abbaye de la Trinité de Vendôme qui a abrité la relique de la Sainte Larme, l’une des larmes que le Christ auraient versées à la mort de Lazare, récupérée par un ange qui l’aurait donnée à Marie-Madeleine. L’eau de l’au-delà, chantait Reggiani :

Il lui arrive quelquefois
D’aller à n’en pas revenir
Nager dans l’eau de l’au-delà
Des souvenirs de l’avenir
Entre les lignes de ses rides
Qui ne l’ont pas encore marquée
Elle peut lire des génocides

Des souvenirs de l’avenir, Serge Reggiani

900 ans d’architecture et un miraculeux sauvetage du tympan

La construction de la cathédrale s’étend de 1120 à 1140. Deux siècles plus tard, comme elle est en train de s’ouvrir par le milieu, la maladie de ces architectures romanes, on la dote d’arcs-boutants. Hélas, ils assombrissent énormément l’intérieur et ne rendent pas grâce à la spirituelle et encore empreinte de paganisme sculpture des chapiteaux effectuée par le grand Gislebertus, avec cet incroyable tympan qu’il faut avoir vu une fois dans sa vie.

Un collage vidéo de photographies de la cathédrale — Auteure : Renée Grillot.

Tympan qui range cette école de sculpture dans l’art mondial humain, à laquelle on songe lorsque l’on visite le musée Jacques Chirac des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, quai Branly à Paris.

La flèche actuelle est construite à la fin du 15ième siècle pour remplacer la tour romane détruite par un orage. Des chapelles sont ajoutées à la même époque.

Pendant la révolution, le fameux tympan sauve sa peau par un incroyable coup de chance. En 1766, les chanoines qui le trouvaient de mauvais goût l’avaient fait plâtrer et peindre pour donner une allure baroque à la cathédrale. Ce qui le protégea du vandalisme pendant l’époque révolutionnaire où des statuaires dans d’autres églises de la région furent détruits. Hélas, ses ânes de chanoines détruirent définitivement d’autres éléments de la cathédrale, sa mosaïque, le portail latéral et son tympan. Quant au grand tympan plâtré, il sera redécouvert dans les deux sens du mot par l’abbé Devoucoux en 1837.

Une grande restauration extérieure et intérieure de la cathédrale est entreprise début des années 2000. Elle vient de se terminer, livrant au visiteur croyant ou athée le sublime de l’art roman transcendé dans une pierre blonde comme le blé.

Visiter Autun

Si je suis le créateur et l’éditeur de Lyon Visite, je suis aussi originaire d’Autun. J’ai évidemment créé mes itinéraires de visite d’Autun et de la cathédrale :

Parcours de visite d’Autun

Parcours de visite de la cathédrale d’Autun


Photo du haut de page : La tentation d’Eve, sur Wikimedia, CC BY-SA 4.0, 15 janvier 2017 par Alamandar — Lien vers la source

Toutes les autres photos sont de Gilles Bertin.

Vidéo de la chaîne Youtube de Renée Grillot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *