Street art, graff et graffitis des pentes de la Croix-Rousse

Voir notre galerie de photos « Street art Lyon » ici : http://www.lyon-visite.info/galerie-street-art-lyon/

Le street art à Lyon : du « mur peint off »

L’art officiel et conventionné (avec les copropriétés) des murs peints de Lyon dissimule (pudeur ou honte ?) ses origines : l’art du graffiti sauvage. Il a connu un grand développement en 1968, quand dans les locaux de l’Ecole des Beaux Arts, alors située sur les pentes de la Croix Rousse, s’est formée une génération de graffeurs, croisant les expériences de l’imprimerie et de la soie avec la tradition révolutionnaire de la Croix-Rousse. Cette tradition s’est désormais concentrée sur ses pentes (partie de la Croix-Rousse entre le nord de la place des Tereaux et le sud du boulevard de la Croix-Rousse), le plateau (au nord du boulevard) étant désormais totalement boboïsé.

Puis l’art du graffiti croix-roussien a connu un renouveau à la naissance du hip-hop et du graff à New-york et de son arrivée en France.

Aujourd’hui, ce quartier des pentes de la Croix-Rousse demeure de loin le lieu le plus intense du street-art à Lyon. Avec le pire et le meilleur.

Un art éphémère à découvrir (et non à visiter) hors façades nettes

Le street-art disparaît en permanence : la plupart des tags sont effacés dans un délai de deux semaines lorsqu’ils sont apposés sur des façades dont les propriétaires ont passé avec la mairie de Lyon une convention « façade nette ». Toutefois, certaines façades ont fait l’objet de tagage volontaire, qui reste donc permanent. Et d’autres non conventionnées conservent leurs décors plusieurs mois ou années.

Voir notre galerie virtuelle du street art à Lyon qui en mémorise un certain nombre.

Nous vous proposons donc une découverte du street art articulée autour des quelques façades fixes dans le temps. Votre trajet entre et autour de ces points vous permettra de découvrir tout un tas d’autres graffitis, tags, fresques, etc.

Itinéraire de découverte des graff, tags, graffitis des Pentes de la Croix-Rousse


Afficher Street art Lyon sur une carte plus grande

  • Départ : Place des Terreaux devant l’Hôtel de Ville
  • Prendre la rue Romarin (coin nord-est de la place, côté Rhône)
  • Monter la rue Saint-Polycarpe – 20 mètres l’église, à gauche, il y a souvent des tags
Rue Saint-Polycarpe, tag effacé (hélas) - 31 décembre 2011
Rue Saint-Polycarpe, tag effacé (hélas) – 31 décembre 2011
  • Prendre à gauche la rue Leynaud sur quelques dizaines de mètres (plusieurs cafés alternatifs très sympas)
  • Prendre le passage Thiaffait : découvrir les stylistes regroupés dans le passage, profiter du café très sympa du passage
  • Dans le passage, en haut, entre les deux escaliers, la niche est souvent utilisée par des graffeurs acrobatiques
  • Monter par la gauche ou la droite (la gauche permet d’arriver au nouveau jardin public), il y a des tags éphémères des deux côtés

Rue Burdeau

  • Découvrir le nouveau jardin public du 17 rue Burdeau, aménagé dans une tendance moderne plutôt réussie vu les contraintes du lieu – Ici on est sur les lieux de l’ancien sanctuaire romain d’il y a 2000 ans, et oui…
  • street-art-lyon-visiter-gainsbourg-rue-des-tables-claudiennesPrendre la rue Burdeau côté droit quand vous sortez du passage Thiaffait (en direction du Rhône, vers l’est) : nombreuses galeries d’art contemporain, notre préférée est la galerie Françoise Souchaud, 35 rue Burdeau
  • Vous passez aussi près de lieux alternatifs très vivants : l’Atelier de création Libertaire, le local du syndicat CNT, et de lieux qui prolongent l’histoire et la tradition de la sérigraphie : un atelier créatif de sérigraphie pour les enfants et une galerie-atelier.

La fresque « Gainsbourg »

  • Cette fresque est permanente, dans la partie en escaliers qui termine la rue des Tables Claudiennes au croisement avec la montée Saint-Sébastien (autre particularité de ce quartier des pentes que ces rues alternativement en escaliers et en rue). Nous l’avons surnommée « Gainsbourg » pour une raison évidente.

Street-art-Lyon-arbreLa fresque « rue Pouteau »

C’est une fresque récente créée par le propriétaire d’une maison accrochée à la pente, dans le virage de la rue Pouteau.

Nombreux autres tags éphémères dans le coin.

Au coin de la rue Imbert Colomès et de la rue Pouteau, un espace d’expo photos et autres travaux très en lien avec le quartier.

La fresque « garage »

On monte la rue Diderot (en laissant la rue Pouteau qui continue sous forme d’escaliers). On arrive sur une des plus belles places de Lyon, la place Colbert. Il y a un chouette bar alternatif qui tient terrasse dès qu’il fait beau. Vue sublime sur l’est de Lyon (le crayon et autres tours de Part-Dieu, les Alpes, les tours de refroidissement de la centrale nucléaire du Bugey à 35 km de Lyon).

On prend la rue Lemot vers le bar. On monte, la fresque est à gauche, avant le virage.

Fresque permanente sur un garage rue Pierre Lemot - Photo prise en 2012
Fresque permanente sur un garage rue Pierre Lemot – Photo prise en 2012

Très vaste, lumineuse. Avec un peu de chance, vous verrez quelqu’un entrer ou sortir sa voiture du garage à travers la fresque.

La fresque collée « 49 rue des pierres plantées »

On continue à monter et on arrive sur l’esplanade. En continuant par la rue des Pierres Plantées quelques dizaines de mètres, on arrive à cette fresque.

Street art Lyon - Fresque en papiers collés du 49 rue des pierres plantées

Curiosité : c’est une fresque toute en papiers collés sur la façade d’une petite maison d’un étage.

Le portrait de Michel Simon

Street-art Lyon visite - Michel Simon - rue de Crimée - 17 novembre 2012
Street-art Lyon visite – Michel Simon – rue de Crimée – 17 novembre 2012

Si maintenant, on monte la rue Jean-Baptiste Say, on trouve au coin avec la rue de Crimée, un très beau portrait de l’acteur Michel Simon sur la façade d’une maison abandonnée.

En y allant, vous passez devant le lieu alternatif, La coopérative du zèbre. Au début de la rue Jean-Baptiste Say, vers le marchand de journaux, une façade souvent utilisée par les graffeurs.

L’esplanade et le jardin de la Grande Côte

L’esplanade offre une vue splendide sur Lyon côté Saône. On voit le fleuve, la cathédrale Saint-Jean, les dômes du nouveau Conseil Régional, la zone Seveso de Feyzin et les Alpes. La terrasse du café-restaurant Le Montana est sublimissime.

La montée de la Grande Côte

Street-art-Lyon-montee-grande-cote-graff
Graff montée de la Grande Côte – Août 2013

Fréquents tags. On passe entre des lieux alternatifs, des artisans d’art et quelques boutiques de souvenirs plus ou moins lyonnais (la boutique de mugs et de cartes en descendant à gauche a des choses vintage et humoristiques originales).

Street-art-Lyon-borne-taguee-lapinEn prenant à droite la rue Neyret, on peut faire un crochet nostalgique par l’ancienne Ecole des Beaux-Arts pour contempler avant sa démolition/requalification , ce bâtiment d’une laideur réjouissante. En face, une église qui a fait l’objet d’un guerre à la Don Camillo entre laïcs et cathos, son entrée demeure perchée (et inaccessible) dans le vide, l’autorisation de construire un escalier n’a jamais été accordée. Des 3 églises existant sur les pentes, deux sont condamnées, seule l’église néo-gothique Saint Polycarpe fonctionne.

Place des Capucins

Sur et autour de cette place, beaucoup de graffs éphémères. On peut redescendre vers la place des Terreaux par la rue Sainte Marie des Terreaux. Tags probables.

Ou alors on peut se rendre Place Sathonay pour admirer photos autour d’un thé, d’un café ou d’un chocolat sous les voûtes ou à la terrasse du Tasse-Livres.

Le Tasse-livres, Place Sathonay

Ne pas entrer sur la place (sauf pour l’apprécier car elle est à la fois belle et populaire) et prendre tout de suite à gauche, il y a une terrasse en bois en contrebas de la rue.

Ici, Le Tasse-Livres (pub gratuite), un lieu très très sympa pour finir votre trajet : c’est un café (sans alcool, avec de formidables jus de fruits et chocolats, thés) où l’on peut se connecter WI-FI gratuitement, lire dans l’excellente bibliothèque et découvrir des affiches de graffeurs. Agréable été comme hiver, terrasse et cave voûtée.

Juste en-dessous, une galerie récente dévolue au street-art.

Voir notre galerie de photos « Street art Lyon » ici : http://www.lyon-visite.info/galerie-street-art-lyon/

Bonne découverte des graffs et du street-art sur les pentes de la Croix-Rousse.

Quelques disparus remarquables

Street art Lyon, chanteuse Place Chardonney, à proximité de l'excellent club de jazz La clef de voûte, 6 février 2013
Street art Lyon, chanteuse Place Chardonney, à proximité de l’excellent club de jazz La clef de voûte, 6 février 2013
Centaure gore à la sortie d'un garage sous la résidence Villemanzy, rue des Fantasques - 6 février 2013
Centaure gore à la sortie d’un garage sous la résidence Villemanzy, rue des Fantasques – 6 février 2013

 

 

 

8 comments on “Street art, graff et graffitis des pentes de la Croix-Rousse”

  1. Bonjour! Merci pour cet itinéraire street art chez les canuts. Balade effectuée le 2 janvier 2015. Le portrait de michel simon n ‘existe plus, la vitre a été remplacée. Sinon conseilsmonter jusqu’enhaut des escaliers de la fresque Gainsbourg, il y a 2 superbes fresques.continuer sur la rue des tables claudiennes. Les rideaux de fermeture de la belle équipe sont une jungle animalière! Plus loin la fresque du théâtre du nombril du monde. Sinon prendre les escaliers de la rue pouteaux et observer les meduses cubiques et autres portraits avant d ‘arriver sur la fresque garage. Une fois en haut à la croix rousse, ça vaut le coup d ‘aller voir le mur evolutif des canuts avec ses personnages vieillissants. Bonne balade et vive le street art!

  2. Je suis de Perpignan,et c’est un plaisir de redecouvrir de nouvelles oeuvres a chaques passages.

  3. Merci pour toutes ces photos, il y en a toujours de nouvelles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *