Les traboules de la Croix-Rousse (2e partie) – Du gros caillou à l’Opéra

Suite de la première partie de l’itinéraire de la visite des Traboules des pentes de la Croix-Rousse.

  1. On se dirige vers le Gros Caillou. Pour cela on passe par le plateau en remontant la rue des Pierres Plantées. En haut de la rue, on est face à l’un des centres névralgiques de la Croix-Rousse : la place, le boulevard, la station de métro… tous trois portant le même nom. Si l’on part à gauche (mais on va partir à droite), il y a un marché chaque jour, des institutions comme le café Le Chantecler, plus loin la mairie du 4e avec une plaque commémorant les révoltes ouvrières de 1831 et 1834. Nous en parlerons plus loin.
  2. On part donc à droite en direction de la toute nouvelle esplanade dite du Gros Caillou aménagée à l’occasion de l’installation d’un parking souterrain (comme quoi l’on peut parfois joindre l’agréable à l’utile). Mais le Gros Caillou, c’est quoi ? Et bien c’est exactement ce que son nom désigne… c’est-à-dire un vraiment gros caillou qui a échoué là pour des raisons que les guides locaux s’échinent à expliquer du côté des glaciers. En fait, on n’en sait rien ! Longtemps tagué sur toutes ses faces et perdu au bout du bout du boulevard, il est maintenant restauré et justifié par l’esplanade qui en est en quelque sorte l’écrin. Une jolie terrasse s’est installée là qui permet les jours de beau temps de profiter de la vue sur Lyon et les Alpes, ses sacs de marché aux pieds.
  3. Au bout de l’esplanade, on descend par les larges escaliers, on traverse la rue Mottet de Gérando et on arrive à la place Bellevue. Ici on a le deuxième point de vue de cette visite. Une vue plongeante sur le Rhône et ses eaux vert sombre, le Pont de Lattre au sortir du Tunnel de la Croix-Rousse qui est juste en-dessous, les berges aménagées où se pressent Vélo’v et rollers, les berges plus « sauvages » où l’on entend au printemps les grenouilles, tout le sixième arrondissement, plus loin Villeurbanne est ses  Gratte-Ciel bien visibles, à gauche le Parc de la Tête d’Or, son lac et son île. On reste souvent là un moment, étrangement saisi par cette vue surplombante peu courante.

La suite de la visite est en cours de rédaction.

11 comments on “Les traboules de la Croix-Rousse (2e partie) – Du gros caillou à l’Opéra”

  1. Le gros caillou EST un bloc erratique donc transporté par les glaciers ,il n’y a pas à rire par ignorance des « guides locaux »,ils ont raison de dure cela.On est là sur un terrain constitué de moraines
    Il n’y a pas eu de village appelé Condate comme on le croyait avant,ce terme signifie confluence en celte

  2. Bien observé et merci pour votre intérêt. Il manque effectivement une partie de cet itinéraire qui reste à terminer.

  3. Vivement que la dernière partie de cette ballade soit rédigé. C’est une super ballade. On a un peu galéré après la rue Bodin. Mais on a trouvé de beaux endroits comme la cours des voraces.

    Une ballade à la croix Rousse c’est top

  4. Bonjour,

    Encore merci pour cet itinéraire, j’attends avec impatience la suite
    Je serais à Lyon fin octobre et aussi en décembre et j’ai bien l’intention de connaitre ce quartier

    Encore merci

  5. J aimerais visiter avec 2 ou 3 amies les traboules éventuellemnt avec un groupe. Si possible le week-end ou un mercredi. Pouvez vous me donner tarif et horaires.
    Ainsi, qu’un bon petit resto. aux alentours du vieux lyon.

    MERCI D AVANCE.

  6. cela me donne une idée de mon séjour chez, espèrant ne pas m’y perdre !!!le soleil de provence me manquerai trop !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *