Quand Frédéric Dard, dit San Antonio, créchait à Croix-Rousse

Frédéric Dard fut un auteur immensément populaire. L’inventeur de San Antonio, fringuant commissaire et série éponyme de polars qui fut le plus grand succès populaire d’après-guerre, jusque dans les années 80. Son adjoint, Bérurier, était d’une truculence revigorante. Lequel donna son nom au groupe de punk rock Bérurier noir. Frédéric Dard racontait avoir choisi le nom de San Antonio en pointant son doigt au hasard sur la carte des États-Unis.

Or donc, Frédéric Dard, né à Saint-Chef en Isère, à côté, a passé sa jeunesse à Lyon, pratiquant comme Georges Simenon le journalisme pour apprendre son futur métier d’écrivain.

Pour lui rendre hommage, Lyon a donné son nom à un square fort joliment situé près du Gros Caillou, d’une école primaire et d’un point de vue stupéfiant sur l’est de Lyon, jusqu’aux Alpes, face aux façades ocres des rues égaillées de la Croix-Rousse.

Plaque du square Frédéric Dard pendant la fête foraine de la Vogue des marrons
Plaque du square Frédéric Dard pendant la fête foraine de la Vogue des marrons

Vous pouvez découvrir ce square en suivant notre parcours de visite des traboules de la Croix-Rousse.

Il a vécu à la Croix-Rousse de 23 à 28 ans, au 4 rue Calas.

Alain nous a écrit sur Facebook suite à ce billet :

Il a pu me voir dans mon landau, caisse à petites roues qui charriait les gones des pauvres! Dans la rue Calas se trouvait l’entrée d’un « clos » (9 peut-être),ensemble de jeux de boules à la lyonnaise et de buvettes.

Plaque au-dessus du 4, rue Calas, où vécut quelques années Frédéric Dard
Plaque au-dessus du 4, rue Calas, où vécut quelques années Frédéric Dard

En bon vivant, Frédéric Dard figure dans le mur peint des Lyonnais célèbres, dans le restaurant « Au pot Lyonnais » où officie Paul Bocuse, présenté sur le seuil de la porte. Frédéric Dard est attablé à l’intérieur, derrière la vitrine, levant un verre de beaujolais en direction des passants.

Visite guidée de Croix-Rousse avec nos guides conférenciers

Visite guidée street-art murs peints à Lyon avec nos guides conférenciers

 

Ememem mine des bitcoins de rue

Mozilla mosaïque, carrément carrelage, Ememem mine des bitcoins de rue. On avait entendu parler de lui, on avait croisé quelques unes de ses mosaïques de carreaux, incrustées entre bitume, grès et ciment, on avait apprécié, sans aller plus loin, sans aller au bout de sa piste carrelée d’éclats brisés. Mais cet après-midi, disposant de deux heures et errant rue des Capucins, on est entré au 7, dans un passage qui nous attirait, qui n’est pas un passage mais une impasse, juste après Le complexe du rire.

7 rue des Capucins, Lyon
7 rue des Capucins, Lyon

Je vous en prie, allez-y, allez au 7 rue des Capucins, nom d’un ancien ordre religieux, les pentes de la colline qui travaille étaient couvertes de jardins, de vignes et de monastères au 18ième. Entrez au 7. Au fond. Ce n’est rien mais c’est beaucoup. Comme une veine aurifère. Un filon de tungstène. Un sentier vers des âmes joyeuses. Un fléchage vers un monde de gnômes et de lutins. Une électrocution sous vos semelles. Ememem !

Ememem
Ememem, 7 rue des Capucins, 6 juillet 2018
Ememem
Ememem, 7 rue des Capucins, 6 juillet 2018
Ememem, 7 rue des Capucins, 6 juillet 2018
Ememem, 7 rue des Capucins, 6 juillet 2018
Ememem, 7 rue des Capucins, 6 juillet 2018

Ememem

Il y a des carreaux « miroir » où se reflètent la mosaïque d’en face.

Ememem

Attaque au sol, attaque des murs, des pavés, avec les mêmes armes bitumées, mais colorées. Ememem, nom d’artiste, « Aime aime » aurait écrit l’écrivain catho Gilbert Cesbron qui voyait l’amour partout, comme Yves Duteil et Francis Cabrel. Mais Ememem la joue question au paysage citadin normé, ceci sans un mot moralisateur, avec des carreaux façon mosaïque, carrément carrelage, comme il y a deux mille ans, ici même, à Lugudunum et surtout à Vienne, quand la mosaïque était un art, bien avant Mozilla.

Entrez au 7 rue des Capucins, c’est de l’art de rue mineur, du discret, du Pierre Michon, du Raymond Carver, qui dessinent des traits de foudre dans les ciments. C’est l’art. C’est beau dans le sol carapaçonné que ça déchire. C’est Ememem.

Exposition Léonard de Vinci à la Sucrière à Lyon de septembre 2018 à janvier 2019

À genoux à La Sucrière à Lyon, des 13 septembre à janvier, devant l’ultimissime génie de l’humanité occidentale, devant le maître de la Joconde, le peintre de la Cène, l’inventeur de l’hélicoptère, du sous-marin, le dessinateur de l’homme de Vitruve (ci-dessous), végétarien bien avant l’heure :

Homme, si vous êtes vraiment […] le roi des animaux […] pourquoi prenez-vous vos sujets et enfants pour satisfaire votre palais, pour des raisons qui vous transforment en une tombe pour tous les animaux ?

devant Léonard de Vinci et surtout devant moult morceaux de la partie de son œuvre consacrée à ses inventions scientifiques, notamment une centaine de croquis, des représentations 3D et des maquettes tirées des susdits ainsi que deux centaines d’objets et des manuscrits de la main du génie du 16ième siècle, qui a terminé sa vie dans le Val de Loire, protégé par un des plus beaux rois que la France ait connu, François 1er, amoureux du Vieux Lyon qui à l’époque était plutôt le nouveau Lyon, Léonard dont l’ingénieur milliardaire Bill Gates a acheté à prix d’or quelques productions, fasciné à juste titre.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/22/Da_Vinci_Vitruve_Luc_Viatour.jpg/565px-Da_Vinci_Vitruve_Luc_Viatour.jpg

L’homme de Vitruve, Léonard de Vinci

Cette exposition est idéale pour les week-ends d’automne et d’hiver, couplée à une balade pédestre sur les berges de la Saône, alors que les feuilles mortes se reflètent dans les eaux du fleuve, en accord avec l’ineffable et mystérieuse poésie que dégagent les œuvres peintes de Léonard, hélas non montrées dans cette exposition « Da Vinci, les inventions d’un génie ».

L’occasion aussi de mettre un pied dans la La Sucrière, ancien bâtiment industriel du nouveau quartier Confluence, qui a gardé les magnifiques vis qui permettaient de glisser les sacs de sucre entre les étages, mélanges d’escaliers à vis et de toboggans. Sucrière qui accueille une année sur deux la Biennale d’art contemporain, la prochaine sera en 2019, en cette année 2018, sera à l’honneur dans les rues de Lyon et dans ses salles chorégraphiques la Biennale de la Danse.

Si vous ratiez cette exposition itinérante Léonard de Vinci à Lyon, vous pourrez ensuite vous rattraper à Barcelone. Ne vous méprenez pas sur le ton un peu moqueur de ce billet, nous sommes ému par avance de contempler les travaux du maître. Un seul regret, le prix d’entrée un tantinet élevé.


Exposition «Da Vinci, les inventions d’un génie»

Dates : du 13 septembre 2018 au 13 janvier 2019.

Tarifs : 8€ pour enfants, étudiants et groupes à partir de 10, 35€ pour les familles, 13€ en adulte individuel.

Lieu : La Sucrière, 49 quai Rambaud, Lyon 2ième

Biennale de la danse 2018

Accès au programme des spectacles.

Biennale de la danse 2018 : du 11 au 30 septembre 2018

Défilé de la biennale de la danse en 2006Le populaire, festif et coloré défilé de la biennale de la danse de Lyon retrouvera son trajet habituel, où il doit être, dans la rue ! En 2016, à à cause des attentats, il s’était tenu dans l’enceinte close du stade de Gerland.

Défilé, dimanche 16 septembre 2018 — Thème : la paix.

 
Défilé 2006, départ place des Terreaux
Défilé 2006, départ place des Terreaux
biennale de la danse de Lyon : le final place Bellecour
Défilé 2006, le final place Bellecour

Biennale de la danse — Programme

40 street-artistes exposés à Lyon 6ième (exposition Zoo)

Une exposition sensationnelle de 40 street-artistes a lieu au 61 rue de Créqui, à Lyon 6ième, dans un ancien bâtiment de la Croix-Rouge en attente de restauration. Elle est accessible jusqu’au 29 juillet 2018 les week-ends et est gratuite.

Les deux étages du bâtiment sont emplis d’œuvres créées à même les murs, dans un format géant. 40 artistes reconnus de Lyon, Paris, Toulouse, Rennes. Kalouf, Birdy Kids, Agrume, etc. Les deux organisateurs sont Antoine Roblot et Philippe Reichsrath, fondateur d’une entreprise privée culturelle.

Agrume
Birdy Kids
Kalouf

Zoo, 61 rue de Créqui, Lyon 6ième — Jusqu’au 29 juillet 2018 — tous les week-ends, entrée libre.

La mère nature était là, avant le Jardin des plantes — Une sculpture du street-artiste « Green vegetal world »

Boticellienno-écolo-érotique. Allez lui rendre visite ! La sculpture est vissée sur une souche, couleur bois, un noir corbeau sur son épaule, le long du sentier qui traverse le Jardin des plantes, en bas des pentes de la Croix-Rousse, près de l’amphithéâtre des Trois-Gaules. On pense au poète Höderlin. Tellement femme végétale que ton regard, toi la passante ou le passant, ne peut s’en détacher. Une femme enlacée d’une liane, symbiose humano-végétale. D’un érotisme magnifié dans son développement, peau tachée de grands pétales mauves.

Statue « Green vegetal world » jardin des plantes Lyon

L’œuvre est remarquable dans sa facture comme dans son installation, sur cette souche datant peut-être d’avant le jardin des plantes, au 19ième siècle. La légende qui y est gravée : MOTHER NATURE WAS HERE. Il est vrai que la nature fut là, voici longtemps. Il en reste les grands arbres autour.

Statue « Green vegetal world » jardin des plantes Lyon

Tu t’arrêtes. Tu en fais le tour. Tu as envie de la toucher. Est-elle sculptée dans du bois, de l’argile, imprimée en 3D ? Non, quand tu cognes de l’index replié dessus, elle sonne creux et tu devines qu’elle est dans ce carton-pâte utilisé pour les modèles à peindre que l’on trouve chez Rougié&Plé. Un travail d’abeille charbonnière qui laisse admiratif. Le piédestal porte la signature de son ou sa créateur, le/la street-artiste « Green vegetal world ».

Le street-art à Lyon est essentiellement sur les murs, hormis les inclusions de mosaïques d’Ememem dans les trottoirs et cette statue de « Green vegetal world ». À voir vite !

Nos visites guidées Street-art avec nos guides spécialisés

Notre itinéraire Street art, graff et graffitis des pentes de la Croix-Rousse


Localisation : Jardin des plantes, rue Lucien Sportisse, Lyon 1er

L’artiste sur facebook : @greenstreetart

et sur Instagram : @gree_vegetal_word

 

 

 

L’immeuble « Garage Citroën », art déco et coworking

Un rêve de petit garçon

Voiture miniature Citroën Ami 6Oui, un rêve de petit garçon des sixties ou des seventies, voici ce qu’était le garage Citroën « art déco » des berges du Rhône. Vous vous souvenez des voitures miniatures Majorette ? Le must était de posséder le garage pour les ranger. Le garage Citroën de Lyon 3ième était tout simplement le plus grand d’Europe avec ses 5 étages reliés par des rampes d’accès et ses 30.000m².

Une architecture art déco

Citroën DS hall de l'immeuble Citroën à Lyon
DS dans le hall

Construit début des années 30, en plein art déco, sa façade en a les attributs. Il est merveilleusement situé, au bord du Rhône, au bout de la populaire rue de Marseille, face à l’historique Miroiterie Targe, elle aussi classée au patrimoine, tout près des bâtiments historiques de l’université (on dit encore parfois les facultés ou les « facs ») de Lyon et de la piscine des berges, Bellecour est à 5 minutes à pied. 

Moderne et ancien face à face, une station de vélos urbains devant l’ancien temple de l’automobile.

En 2011 le bâtiment a été restauré et requalifié en bureaux. L’immense rez-de-chaussée où l’on peut entre librement est remarquable avec son plafond à 15 mètres de hauteur et ses sculptures d’art contemporain.

Coworking au dernier étage

Le dernier étage a été aménagé en un immense espace de coworking. Yannick de Brioude Internet nous l’a fait visiter. Il a délibérément choisi avec son équipe de l’agence de référencement Lyon qu’il dirige de quitter des bureaux tristes mais un peu moins cher pour venir travailler là, face au Rhône et la ville. Gros choc pour qui a connu les vieux bureaux gris et standardisés des parcs d’entreprise… On a envie de travailler ici. Déco respirante. Nids pour téléphoner ou réunionner à deux, trois ou vingt, pour boire un café face à Lyon, manger ou faire du sport entre deux sessions de travail. L’atmosphère est silencieuse et intense alors que 150 personnes travaillent là actuellement.

 


Photo voiture miniature Ami 6 : Source Wikipédia

Autres photos : GB, Lyon-Visite

Jardin Rosa Mir à Croix-Rousse : réouverture ce 8 avril 2017

Une bonne nouvelle : le fabuleux et Gaudien jardin Rosa Mir de Croix-Rousse fermé depuis 2013 réouvre après restauration ce 8 avril 2017.

Rosa-mir-allee2
Photo Aurélie Chaumat – cc-by-sa 2.0 – Souce Wikimedia

Situé non loin du mur des Canuts, au 87 de la grande rue de la Croix-Rousse, il évoque la démarche du facteur Ferdinand Cheval, qui durant des années a patiemment bâti à Hauterives (à 80km au sud-est de Lyon) son palais idéal, caillou après caillou. Le jardin Rosa Mir a été édifié par le maçon Jules Senis à partir de 1958 pendant une vingtaine d’années, en remerciement après une guérison d’une grave maladie. Il l’a dédié à sa mère Rosa Mir et à la Vierge Marie. Jules Senis était un artisan compagnon qui possédait parfaitement son métier. Le jardin est inspiré de travaux de son pays d’origine, l’Espagne, qu’il a dû fuir avec sa famille à l’avènement du franquisme. Il a une surface assez modeste, 400 m2 seulement, mais un espace complètement à part, un dépaysement en plein Lyon.

Modalités de visite :

  • Réouverture : samedi 8 avril à 14h.
  • Le jardin accueillera les visiteurs chaque samedi jusqu’au 28 octobre de 14h à 18h.
  • Accès : 87, grande rue de la Croix-Rousse, Lyon 4ième

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Jardin Rosa Mir

chargement de la carte - veuillez patienter...

Jardin Rosa Mir 45.780480, 4.832306 Jardin Rosa Mir

Photo du jardin Rosa Mir publié sur la page Facebook publique de Gérard Collomb, maire de Lyon
Photo du jardin Rosa Mir publié sur la page Facebook publique de Gérard Collomb, maire de Lyon

 

 

Les conférences de la Société d’Histoire de Lyon

Scotchés H24 que nous sommes à nos smartphones, pads, télés, Facebook, Twitter, FranceInfo and co, nous devrions nous déconnecter de temps en temps. Regarder notre histoire à distance pour replacer notre histoire dans celle du monde, de ses soubresauts, des empires, de la pensée, la culture, l’économie. Lyon avec ses deux millénaires d’existence empile dans ses quartiers du Vieux Lyon, de la Presqu’Île et de l’autre côté du Rhône toute cette histoire. Depuis 1807, la Société d’Histoire de Lyon se consacre à étudier et raconter cette histoire de Lyon.

Pourquoi vous parler dans ce blog de cette « vénérable » Société d’histoire ? Parce qu’elle propose de pointues, donc passionnantes, conférences, une fois par mois. Par exemple, ce 20 février, « Le parrainage à Lyon », ce qui à l’heure du solidaire a du sens. Le 20 mars, elle portera sur « L’autel des églises de l’ancien diocèse de Lyon au Moyen Âge », qui permettra certainement d’appréhender le rôle de la religion dans la société d’alors. Le 16 octobre sur « Le premier opéra de Lyon entre 1687 et 1725 ».

Consulter le programme complet des conférences de la Société d’Histoire de Lyon

Le sceau de Lyon en 1271

Le sceau de Lyon en 1271

Source image : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sceau_de_Lyon_en_1271.png

 

 

 

Festival Septembre de la Photographie

Passionnant retour du festival Septembre de la Photographie de Lyon,

du 10 septembre au 15 octobre 2016

Arnaud Brihay, From on my road, 2008 - Galerie L'Abat-jour
Arnaud Brihay, From on my road, 2008 – Galerie L’Abat-jour

Il n’avait pas eu lieu depuis 2012 ! L’occasion de nous délecter et nous remplir de photos, en guise d’avant-goût d’un festival plus construit en 2017.

Cette année pas de thème général, seulement des rencontres et des expositions au gré des choix des lieux. Ils sont 13 dans la ville, des galeries bien sûr et des écoles : L’Abat-Jour, L’ Alcôve, galerie Françoise Besson, La BF 15, Le Bleu du Ciel, BLOO galerie, La galerie Elizabeth Couturier, L’Atelier item, La galerie Regard Sud, La Sucrière, Vrais Rêves ainsi que la Bibliothèque Municipale et l’École Normale Supérieure de Lyon.

Consulter le programme complet

Bon festival.