Fête des Lumières 2008 – Itinéraire optimal et définitif

6 commentaires. Donnez votre avis sur cette visite.

Téléchargez et imprimez le Programme définitif Lyon-visite.info de la Fête des Lumières 2008

———–

Consultez aussi notre itinéraire N°2 : Berges – parc Tête d’Or

———–

Nous avons visité la fête des lumières vendredi soir. Voici le schéma de l’itinéraire que nous vous proposons avec ce que nous avons le plus aimé :

  • Départ Fosse aux Ours
  • Berges du Rhône : 48 panneaux mobiles
  • Hôtel Dieu : Carrousel TOP+EMOTION
  • Jacobins : La fontaine aux poissons TOP
  • Célestins : Aparté, histoire du théâtre EMOTION
  • Quais de Saône : illuminations scénarisées de la colline de Fourvière
  • Saint-Jean : colorisation de la Cathédrale TOP TOP
  • Place du Change : Nuées d’insectes BIEN
  • Saint-Nizier : ombres et lumières sur l’église
  • Terreaux : le coffre à jouets TOP TOP
  • Cour intérieure de l’Hôtel de ville TOP
  • Montée de la Grande-Côte : Fenêtres sur cour EMOTION
  • 36 rue des Tables Claudiennes : Ombres et lumières
  • Passage Thiaffait : habillage lumineux

C’est parti :

  1. Le départ de la Fosse aux Ours a un avantage. Il permet d’arriver (relativement) tranquillement en transports en commun (voitures totalement déconseillées). Il permet aussi d’aborder la fête par le Rhône, par les berges récemment aménagées, où il y avait sur les gradins de la fosse aux ours en 2007 une des plus simples et des plus belles animations visuelles de la fête. Cette année, problème technique avec BINARY WAVES : vendredi soir, une partie des panneaux était en panne.

  2. Agrandir le plan

  3. Traversez le pont et allez en direction de Bellecour par la rue de la Barre. Puis, dans cette rue, prenez la première à droite, la rue Bellecordière pour aller en direction de l’Hôtel-Dieu. Attention à la queue. Les années précédentes, il fallait compter une à deux heures de queue pour pénétrer dans le cloître.

    DR Alain Benini

  4. HOTEL-DIEU, CARROUSEL : La cour de l’Hôtel-Dieu est décorée de guirlandes organisée en roue de charrette. Mais il y a surtout, en plus de ces guirlandes, un limonaire qui diffuse des valses. La combinaison de ces guirlandes et de cette musique provoque une forte émotion chez le visiteur. Soit d’élan amoureux si l’on est en couple, soit très nostalgique si l’on est seul. Des couples se mettent à danser. Vendredi soir des visiteurs faisaient la course autour du carrousel. A voir absolument, de préférence à un moment sans trop d’affluence. C’est l’illustration de vers quoi pourrait évoluer la fête des lumières en permettant à ses visiteurs de participer (ceci est un message aux organisateurs).
  5. Direction maintenant place des Jacobins par la rue Childebert ou la rue du Confort. En traversant, la place de la République, on profite des décos de Noël vraiment réussies de la rue de la Ré.
  6. PLACE DES JACOBINS, LA FONTAINE AUX POISSONS : suspendu à une grue hénaurme un poétique mobile de poissons. Belle idée, ludique et magique. On aurait envie que ce mobile bouge, tourne. Qu’il ne soit pas immobile.

    DR Bibi et Tagada

  7. On va maintenant juste à côté, vers la jolie place des Célestins, où fleurissent au printemps les magniolias.

    Aparté - Enluminures - DR Thierry Chenavaud

  8. THEÂTRE DES CELESTINS / APARTE : Sur la façade du théâtre est évoqué en 6 minutes l’histoire du théâtre. Grosse émotion quand surgissent l’avare, Cyrano, etc. On joue à deviner. On aimerait que cela dure beaucoup beaucoup beaucoup plus longtemps.
  9. Direction la Saône maintenant. Car pour les non lyonnais, c’est cela aussi la magie de Lyon, ces deux fleuves si proches, même un soir de foule. Prenez la rue Charles Dullin, la bien nommée, ou la rue parallèle. Vous débouchez sur les quais de Saône, sur une des plus belles vue de Lyon où sont littéralement entassés les plans successifs : le fleuve, le chevet de la cathédrale, la colline, là-haut Fourvière la catho et sa réponse laïque en forme de tour Eiffel. Entre les deux, chaque année, l’archevêché allume un message d’hommage à Marie.
  10. QUAIS DE SAONE : La lumière illumine la cathédrale, Fourvière, les façades du Vieux Lyon. Au programme, il devait y avoir du son. Mais vendredi, comme aurait dit Devos, que nenni, nous n’ouîmes rien.

    DR Matthieu Aufort, Yves Caizergues, Frédéric Viricel

  11. On traverse la Saône par le pont Bonaparte (la passerelle du Palais de Justice est fermée aux moments de pointe de la fête pour raison de sécurité). On va Place Saint-Jean par la rue Adolphe Max et nous vous conseillons de faire le tour par la rue Jean Carries et la rue Trammassac. Vous aurez ainsi UN DES CHOCS LES PLUS FORTS de la fête en prenant en pleine poire toute la façade de la cathédrale en couleurs. Magnifique, sublime. A goûter tranquillement, en paix, que l’on soit ou non croyant, pour recharger sa batterie « sérénité », pour se raccorder à tous les siècles où Lyon s’est construit, en particulier ici. Merci à Warrener, le concepteur de cette animation.
    La visite des rois - DR Warrener Art et Technique

    La visite des rois - DR Warrener Art et Technique

  12. On poursuit par la rue Saint-Jean ou par un itinéraire Bison Futé moins chargé (soit quai Romain Rolland, soit rue Tramassac/rue du Boeuf). On va jusqu’à la place du Change.
  13. PLACE DU CHANGE, NUEE D’INSECTES : Des nuées d’insectes (10000 selon le dossier de presse) devaient batifoler sur la place. En réalité, ils semblent bien moins nombreux et quelque peu immobiles. La réussite de cette animation passe en fait surtout par un jeu sur la corde nostalgique que nous avons tous en nous, peu ou prou, en mariant des papillons lumineux dans les vitres, ou parebrise d’objets très prosaïques décalés dans le temps d’une vingtaine d’année : une cabine téléphonique, une caravane, une Citroën.

    DR Leslie Garcias & Mathilde Meignan

  14. En route maintenant pour un autre classique de la fête, Saint-Nizier, pas toujours réussi d’ailleurs les années précédentes. On quitte la place du Change et on redescend un peu le quai vers le sud (dans le sens où coule le fleuve). On traverse la Saône par le pont Maréchal Juin. On prend la rue Grenette jusqu’à la rue de Brest que l’on remonte vers le nord en direction de Terreaux. Puis on poursuit dans le prolongement par la rue Paul Chenavard jusqu’à l’église Saint-Nizier.
  15. SAINT-NIZIER, LE REGARD SUSPENDU : 7 minutes de lumières sans musique ni son sur la façade de l’église. Des effets qui cherchent à visiter la structure et la pierre de la façade. Ce dépouillement quasi cistercien peut être perçu comme bienvenu dans cette débauche de la fête des lumières.
  16. Poursuivez en direction du coeur de Lyon, place des Terreaux, vers un des clous de la fête. Il paraît que le succès de la fête se mesure là. Si c’est vrai, alors cette fête 2008 serait réussie.
  17. PLACE DES TERREAUX, ON DIRAIT QUE… : la structure de la façade du musée est habilement utilisée par des trapézistes, par des trains, des voitures de pompiers, des fusées. On a envie que ça dure, que ça dure. Comme aux Célestins, cette animation aurait pu être beaucoup plus longue. Un moman démossion aussi havec un peti garsson ki écris sur la phassade. A VOIR ABSOLUMENT.

    DR Spectaculaires Les Allumeurs d’images

  18. DR Spectaculaires Les Allumeurs d’images

    DR Spectaculaires Les Allumeurs d’images

    COUR DE L’HÔTEL DE VILLE : impressionnante pergola lumineuse dans la magnifique cour de l’hôtel de ville (cour pas assez souvent ouverte aux lyonnais). Au fond, on profite d’une jolie statue avec en arrière plan les muses de l’Opéra. A VOIR ABSOLUMENT.
  19. Si vous avez encore des forces, nous montons maintenant les pentes de la Croix-Rousse en prenant, à la sortie de l’hôtel de ville, la rue du Puits Gaillot, la rue Romarin, puis à gauche la rue des Capucins jusqu’à la montée de la Grande Côte, un des axes désormais les plus charmants de la presqu’île depuis sa rénovation (voir notre itinéraire Traboules des pentes de la Croix-Rousse). Montez, montez jusqu’au jardin de la Grande Côte, après la rue Imbert Colomès.
  20. DR ABAX - Emmanuel Sautai et Thomas Bart

    MONTEE DE LA GRANDE-COTE, FENETRES SUR COUR : Ont été installées dans le jardin le long de son escalier des grandes fenêtres derrière lesquelles on voit des habitants : une concierge, un psy, des amoureux, etc. Le contenu de ces fenêtres varie entre évocations très poétique (cambrioleur, invasions de feuilles mortes dans une cuisine où dinent les quatre membres d’une famille) et scènes parfois plus convenues. Une des belles animations de cette fête. A VOIR

  21. On a aimé le chien, il pourrait être un des symboles de la fête avec le petit garçon des Terreaux.
    DR ABAX - Emmanuel Sautai et Thomas Bart

    DR ABAX - Emmanuel Sautai et Thomas Bart

  22. Notre itinéraire est quasiment terminé. On peut monter jusqu’au plateau ou redescendre par la rue des Tables Claudiennes vers son n°36 tout au bout, avec un OMBRE ET LUMIERE.
  23. Après on peut redescendre vers la place Chardonnet, animée à partir de samedi soir (donc, nous n’avons pas pu voir encore). La rue Pouteau puis le passage Thiaffait avec une mise en lumière qui le met en valeur. La façade de Saint Polycarpe est intéressante également.
  24. On redescend la rue Saint Polycarpe et on évite la rue Romarin qui nous amènerait à nouveau sur Terreaux mais avec un gros risque de bouchon humain (sauf si on veut absolument revoir le coffre à jouets). On se dirige par la rue Désirée vers la place Pradel puis l’Opéra, la rue de la République, ou, autre choix, on retraverse le Rhône par le pont Morand et l’on descend sur les berges.

Téléchargez et imprimez le Programme définitif Lyon-visite.info de la Fête des Lumières 2008



6 Avis et commentaires sur cette visite :

  1. Déc
    5
    12:14
    Lemuet Nicole

    Nous venons de Normandie (avons déménagé sur Bourgoin Jallieu)
    Avons nos billets de train pour Lyon Part Dieu..pour le moment , je me régale sur votre site,j’appréhende un peu la foule et j’ai hate de vous livrer mon commentaire  » à chaud » en rentrant
    cette nuit!

  2. Déc
    9
    10:29
    Gwynplaine

    Bonjour,

    A titre perso, cru 2008 globalement réussi, moins que 2005 mais toujours meilleur que 2004 (et à mon sens, que 2007).
    Cette années, les « grosses animations » ont été plutôt réussies, et les « expérimentales » un peu moins, je trouve (alors que l’an dernier j’avais eu l’impression contraire).

    Sans répéter mes réponses à votre sondage, quelques commentaires en vrac (ici, je me permettrais du négatif ;-)):
    1) Difficile de passer après la boule de neige de bellecour et les cubes des terrasses de Guillotière, mais leurs successeurs ont vraiment souffert de la comparaison
    2) « Bonnes surprises »: Jacobins, St-Jean (je ne pensais plus pouvoir être ému par l’animation de cette dernière), les berges du Rhône.
    3) Déceptions (il en faut): les expérimentations étudiantes (voilà, j’assume), le jardin d’Ivry de la Cx-Rousse, la résidence d’artistes de la Place Voltaire, « Re-use » (sans intérêt), et dans une moindre mesure « Fenêtre sur cour »
    4) Petits coups de coeur sans prétention: « Dazibao » du quartier Pasteur, « Ombre et lumière » rue des Tables Claudiennes, et surtout le Tetris de la rue D’Austerlitz 😉

    Sinon, question difficulté de circulation, pas facile certes. Nous avons réussi à résoudre ce souci en répartissant nos déambulations en 3, utilisant les parcours suggérés à la fin du programme officiel; surtout, nous avons évité les « gros trucs » le samedi, ou alors après 21h. Mais je comprend bien que tout le monde n’avait pas ce luxe.

  3. Déc
    8
    3:53
    isabelle

    magnifique spectacle … beaucoup de monde ce qui rend les déambulations très difficiles.

  4. Déc
    7
    7:39
    Catherine

    Merci ! j’ai suivi presque intégralement votre itinéraire, et je me suis régalée. ça m’a permis de voir plein de choses en une soirée, et c’était précieux d’avoir par exemple ce conseil d’arriver à distance de la cathédrale St Jean. j’ai adoré St Jean et les Terreaux.

  5. Déc
    7
    5:29
    Catherine Joly

    Quel dommage… c’est de moins en moins beau au fur et à mesure des années qui passent… et niveau organisation, pas moyen de circuler… les rues autour de l’hotel de ville éteient barrées par la police ce qui fait qu’on s’est tous retrouvés coincés au même endroit sans pouvoir ni avancer ni reculer… résultat, dès qu’on à pu se sortir de là on est rentrés, complètement déçus !!! On ne renouvèlera pas l’opération…

  6. Déc
    6
    1:49
    bisinger

    Merci pour votre aide pour profiter au mieux de cette belle fête.Je vous dirai après mon ressenti puisque je m’y rends que demain dimanche. Didier et yveline

Laissez un avis ou un commentaire